Présentation de “Raconter, relater, traduire: paroles de la migration” sous la direction de Nicolas Chambon et Véronique Traverso, à paraître chez Lambert Lucas

Véronique Traverso (CNRS, Laboratoire ICAR)

La vogue actuelle du storytelling, qu’il soit politique, commercial ou d’entreprise tend à faire oublier l’importance des enjeux qui s’attachent dans certains cas à raconter son histoire. L’ouvrage Raconter, relater, traduire : paroles de la migration aborde ces récits à très fort enjeu dans deux types de circonstances. La première est “le récit d’asile”, c’est-à-dire celui qui doit être produit dans la démarche administrative de demande d’asile, un récit synthétisant et unifiant sa vie conformément à des attentes et des exigences institutionnelles, qui peut décider du futur et de la destinée des individus. Ce récit de l’asile est tellement prégnant, l’imposition est tellement forte que le risque est grand de ne penser les migrants (leur existence, leur vie, leur identité) qu’à travers cette mise en mots imposée (Pestre, 2010, d’Halluin 2012, Maitilasso 2014). En contrepoint, l’autre circonstance abordée dans l’ouvrage concerne les contextes de la relation d’aide et de soin où il est possible de mettre en récit des faits ou événements de sa vie de personne (et non d’“être de procédure”) et de confier ce récit à d’autres personnes. Cette autre circonstance rapproche de la “vraie” vie des personnes, les migrants-patients, les soignants et les interprètes, et revêt des enjeux identitaires et psychosociaux forts. 

En d’autres termes, la perspective dans laquelle s’est construit l’ouvrage soutient d’une part que tout n’est pas récit, et, d’autre part, que les migrants et leurs histoires ne se résument pas à leur récit d’asile. 

1. La recherche

La réflexion présentée dans l’ouvrage a été conduite au cours du projet Réfugiés, migrants et leurs langues dans les services de santé (ANR REMILAS) sur les formes et les fonctions du récit dans différents contextes médicaux ou sociaux que traversent les personnes migrantes. Elle s’est articulée à la problématique centrale du projet qui visait à étudier la place de l’interprète dans ces contextes. Elle s’est aussi enrichie du travail de terrain effectué dans le projet, qui a conduit au recueil d’un important corpus de consultations filmées[1] dans des contextes variés (dispensaire, Centre Médico Psychologique, Equipe Mobile Psychiatrie Précarité, Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile….), avec différents types de professionnels (médecins généralistes, psychologues, psychiatres, infirmiers, assistants sociaux), dans différentes langues et en présence ou non d’un interprète. A ce premier ensemble de données s’ajoute la réalisation d’une série d’entretiens avec les différents types d’intervenants concernés (soignants, migrants, interprètes)[2].

2. Le titre

Raconter : mettre en récit, dire une histoire. Dimension temporelle, souvent passée, mise en ordre, construction de sens.

Relater : « raconter, rapporter d’une manière précise et détaillée des événements, des faits, un voyage » (https://www.cnrtl.fr/definition/relater). C’est autre chose que raconter, plutôt expliquer, rendre compte. Le récit d’asile pencherait de ce côté.

Traduire : écouter l’histoire, interpréter, raconter à son tour.

3. Les rencontres

Le projet de recherche REMILAS a été possible grâce à une démarche collaborative qui a permis de véritables rencontres professionnelles, disciplinaires et méthodologiques, conduisant  à des combinaisons inespérées. Dans la pratique, des occasions de travail collectif ont été organisées avec des professionnels, des collègues et d’autres chercheurs et ont abouti à des échanges heuristiques et à des interprétations croisées. Ainsi, les résultats de la recherche ne “retournent pas vers le terrain”. C’est plus complexe et plus subtil : les médecins du MéDA, dont les interactions sont amplement étudiées, écrivent un article dans cet ouvrage; une psychologue commente et enrichit un article sur ses consultations ; une psychiatre s’auto-confronte aux films de ses consultations ; une médiatrice co-rédige un article ; une chercheure interprète revêt sa double casquette. Cet ouvrage donne corps à  recherche impliquée et convaincue.

4. Violences

Tous les contextes étudiés, tous les entretiens cités rendent compte de la violence de l’expérience des migrants : dans leur pays, au cours du long parcours de la migration, et même dans le pays d’accueil. Violence des situations, violence des démarches sans fin et sans succès, violence des tortures, des viols et des pertes. Violence tout autant pour ceux qui écoutent les histoires, qui aident à faire sens, qui traduisent. 

5. Sommaire de l’ouvrage

Chambon Nicolas, Traverso Véronique, Introduction

Niemants Natacha. ‘Plus tu racontes, plus on te croit’ : ou de l’importance de (bien) répondre aux questions du juge

Piccoli Vanessa, Jouin Emilie. « Comment ça s’est passé à l’OFPRA ? » : (faire) raconter l’entretien au demandeur d’asile dans le cadre d’une consultation d’expertise médicale.

Vendredi Ricet, Noûs Camille. Expertise médicale et réélaboration du récit d’asile : intertextualité et pratiques en interaction

Ticca Anna Claudia. Raconter les violences physiques et observer leurs traces dans les consultations médicales pour le droit d’asile

Chambon Nicolas, Le Goff Gwen, Bajjour-Al-Sheikh Nagham. Récits en santé mentale et médiations

Traverso Véronique, Bahuaud Marie. Construire un sens aux récits dans des séances de psychothérapie avec des femmes migrantes

Haeringer Anne-Sophie. Vers une politique des empêtrements. Coexistence de lignes narratives dans une consultation en santé mentale avec des migrants

Smolski Nicole, Biot Joseph, Duperret Serge, Médecine et droit d’asile

Références bibliographiques

d’Halluin, E. (2012). Les Épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, EHESS, 2012.  

Maitilasso, A. (2014). Raconte-moi ta migration. Cahiers d’études africaines, 213-214, 241-265.

Pestre E., La vie psychique des réfugiés. Paris : Payot et Rivages 2010

 

Citer ce billet : Véronique Traverso « Présentation de “Raconter, relater, traduire : paroles de la migration”, sous la direction de Nicolas Chambon et Véronique Traverso, à paraître chez Lambert Lucas », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 26 février 2021  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/336 


[1] 91 interactions qui durent entre 20 minutes et 2 heures.

[2] 34 interviews. 



Citer ce billet
Vanessa Piccoli (2021, 26 février). Présentation de “Raconter, relater, traduire: paroles de la migration” sous la direction de Nicolas Chambon et Véronique Traverso, à paraître chez Lambert Lucas. Projet TIASAMN. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/urdd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search