Atelier de formation doctorale au Chili

Ce vendredi 16 avril Vanessa Piccoli et Véronique Traverso présenteront certains des résultats des projets REMILAS et TIASAMN lors d’un atelier de formation doctorale organisé par l’Institut français du Chili et l’Université du Chili, avec le soutien du Fonds d’Alembert de l’Institut français.

Leur intervention portera sur «  Les interactions avec les migrants dans les services de santé en France : les bruits et les voix ».

Pour plus d’informations : https://www.institutofrances.cl/portal/fr/evento/jdfa-2021-ateliers-de-formation-doctorale/

Numéro thématique du BIL « L’interprétariat dans la santé »

Actes de colloque sous la direction d’Orest Weber

Sommaire

Avant-propos (Orest Weber)

Venturing into interdisciplinary research as an applied linguist: challenges and opportunities – Antoon Cox

Quand dire, c’est agir sur l’autre : conscientiser les influences mutuelles lors d’une interactionbilingue interprétée – Anne Delizée

Risques et atouts de l’approche interactionniste dans la formation sur l’interprétation en milieu social – Anna Claudia Ticca

Entretiens avec interprètes en santé mentale : un projet multidisciplinaire d’analyse des pratiques et de formation – Orest Weber

ODIMEDI: un outil numérique pour la formation des interprètes et des intervenants en santé – Vanessa Piccoli

Présentation de « Raconter, relater, traduire: paroles de la migration » sous la direction de Nicolas Chambon et Véronique Traverso, à paraître chez Lambert Lucas

Véronique Traverso (CNRS, Laboratoire ICAR)

La vogue actuelle du storytelling, qu’il soit politique, commercial ou d’entreprise tend à faire oublier l’importance des enjeux qui s’attachent dans certains cas à raconter son histoire. L’ouvrage Raconter, relater, traduire : paroles de la migration aborde ces récits à très fort enjeu dans deux types de circonstances. La première est “le récit d’asile”, c’est-à-dire celui qui doit être produit dans la démarche administrative de demande d’asile, un récit synthétisant et unifiant sa vie conformément à des attentes et des exigences institutionnelles, qui peut décider du futur et de la destinée des individus. Ce récit de l’asile est tellement prégnant, l’imposition est tellement forte que le risque est grand de ne penser les migrants (leur existence, leur vie, leur identité) qu’à travers cette mise en mots imposée (Pestre, 2010, d’Halluin 2012, Maitilasso 2014). En contrepoint, l’autre circonstance abordée dans l’ouvrage concerne les contextes de la relation d’aide et de soin où il est possible de mettre en récit des faits ou événements de sa vie de personne (et non d’“être de procédure”) et de confier ce récit à d’autres personnes. Cette autre circonstance rapproche de la “vraie” vie des personnes, les migrants-patients, les soignants et les interprètes, et revêt des enjeux identitaires et psychosociaux forts. 

En d’autres termes, la perspective dans laquelle s’est construit l’ouvrage soutient d’une part que tout n’est pas récit, et, d’autre part, que les migrants et leurs histoires ne se résument pas à leur récit d’asile. 

1. La recherche

La réflexion présentée dans l’ouvrage a été conduite au cours du projet Réfugiés, migrants et leurs langues dans les services de santé (ANR REMILAS) sur les formes et les fonctions du récit dans différents contextes médicaux ou sociaux que traversent les personnes migrantes. Elle s’est articulée à la problématique centrale du projet qui visait à étudier la place de l’interprète dans ces contextes. Elle s’est aussi enrichie du travail de terrain effectué dans le projet, qui a conduit au recueil d’un important corpus de consultations filmées[1] dans des contextes variés (dispensaire, Centre Médico Psychologique, Equipe Mobile Psychiatrie Précarité, Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile….), avec différents types de professionnels (médecins généralistes, psychologues, psychiatres, infirmiers, assistants sociaux), dans différentes langues et en présence ou non d’un interprète. A ce premier ensemble de données s’ajoute la réalisation d’une série d’entretiens avec les différents types d’intervenants concernés (soignants, migrants, interprètes)[2].

2. Le titre

Raconter : mettre en récit, dire une histoire. Dimension temporelle, souvent passée, mise en ordre, construction de sens.

Relater : « raconter, rapporter d’une manière précise et détaillée des événements, des faits, un voyage » (https://www.cnrtl.fr/definition/relater). C’est autre chose que raconter, plutôt expliquer, rendre compte. Le récit d’asile pencherait de ce côté.

Traduire : écouter l’histoire, interpréter, raconter à son tour.

3. Les rencontres

Le projet de recherche REMILAS a été possible grâce à une démarche collaborative qui a permis de véritables rencontres professionnelles, disciplinaires et méthodologiques, conduisant  à des combinaisons inespérées. Dans la pratique, des occasions de travail collectif ont été organisées avec des professionnels, des collègues et d’autres chercheurs et ont abouti à des échanges heuristiques et à des interprétations croisées. Ainsi, les résultats de la recherche ne “retournent pas vers le terrain ». C’est plus complexe et plus subtil : les médecins du MéDA, dont les interactions sont amplement étudiées, écrivent un article dans cet ouvrage; une psychologue commente et enrichit un article sur ses consultations ; une psychiatre s’auto-confronte aux films de ses consultations ; une médiatrice co-rédige un article ; une chercheure interprète revêt sa double casquette. Cet ouvrage donne corps à  recherche impliquée et convaincue.

4. Violences

Tous les contextes étudiés, tous les entretiens cités rendent compte de la violence de l’expérience des migrants : dans leur pays, au cours du long parcours de la migration, et même dans le pays d’accueil. Violence des situations, violence des démarches sans fin et sans succès, violence des tortures, des viols et des pertes. Violence tout autant pour ceux qui écoutent les histoires, qui aident à faire sens, qui traduisent. 

5. Sommaire de l’ouvrage

Chambon Nicolas, Traverso Véronique, Introduction

Niemants Natacha. ‘Plus tu racontes, plus on te croit’ : ou de l’importance de (bien) répondre aux questions du juge

Piccoli Vanessa, Jouin Emilie. « Comment ça s’est passé à l’OFPRA ? » : (faire) raconter l’entretien au demandeur d’asile dans le cadre d’une consultation d’expertise médicale.

Vendredi Ricet, Noûs Camille. Expertise médicale et réélaboration du récit d’asile : intertextualité et pratiques en interaction

Ticca Anna Claudia. Raconter les violences physiques et observer leurs traces dans les consultations médicales pour le droit d’asile

Chambon Nicolas, Le Goff Gwen, Bajjour-Al-Sheikh Nagham. Récits en santé mentale et médiations

Traverso Véronique, Bahuaud Marie. Construire un sens aux récits dans des séances de psychothérapie avec des femmes migrantes

Haeringer Anne-Sophie. Vers une politique des empêtrements. Coexistence de lignes narratives dans une consultation en santé mentale avec des migrants

Smolski Nicole, Biot Joseph, Duperret Serge, Médecine et droit d’asile

Références bibliographiques

d’Halluin, E. (2012). Les Épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, EHESS, 2012.  

Maitilasso, A. (2014). Raconte-moi ta migration. Cahiers d’études africaines, 213-214, 241-265.

Pestre E., La vie psychique des réfugiés. Paris : Payot et Rivages 2010

 

Citer ce billet : Véronique Traverso « Présentation de « Raconter, relater, traduire : paroles de la migration », sous la direction de Nicolas Chambon et Véronique Traverso, à paraître chez Lambert Lucas », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 26 février 2021  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/336 


[1] 91 interactions qui durent entre 20 minutes et 2 heures.

[2] 34 interviews. 

Conférence à l’Université de Bologne

Le 27 novembre prochain Vanessa Piccoli présentera certains résultats des recherches menées dans le cadre du projet REMILAS dans une conférence organisée par les Officine dell’Interculturalità de l’Université de Bologne.

Les pratiques inclusives. Enquête auprès d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (2) : Entre « pairs » et « tiers »

Aziliz Le Callonnec

Le GEM, un lieu construit entre « pairs »

Le GEM Envol et Cie fait tout pour être ouvert sur l’extérieur et ne pas rester dans de l’entre-soi. Cet espace, au sein duquel on peut parler et échanger autour de ses troubles psychiques, vise à soutenir et à faciliter l’inclusion dans d’autres espaces sociaux ; nous avons pu l’illustrer à travers leur participation au projet de l’Autre Soie.

Mais, l’entre-soi peut être aussi bénéfique pour les adhérents. Le GEM apparaît en effet comme un espace au sein duquel l’adhérent peut se redéfinir de manière positive. Il est un espace de banalisation des troubles, de « mise entre parenthèses de la maladie » (Troisoeufs, 2009). Pourquoi ? Parce que l’expérience de la « maladie » est partagée par tous, elle est donc « normale » et n’est plus stigmatisante. Comme l’indique Aurélien Troisoeufs, « le fait que les adhérents se reconnaissent égaux du point de vue de leur expérience des troubles psychiques, normalise, banalise, ce qui, en dehors de ces relations, est considéré comme des expériences différentes des normalités partagées par la société » et « entre pairs, la performativité se fonde sur une reconnaissance mutuelle d’être malade, annulant ainsi le sentiment de l’être » (2020). Le GEM permet de vivre par-delà le trouble. La plupart des adhérents partagent une expérience commune des troubles psychiques, de l’isolement, de la solitude et de ce que cela engendre. C’est ce qui les rapproche, ce qui fait d’eux des pairs. Ils n’ont pas à proprement parler les mêmes expériences, ne sont pas identiques et n’ont pas les mêmes vies mais, se reconnaissent comme membres d’une même « communauté d’expérience» (Gardien, 2017). Comme l’explique E. Gardien, « la reconnaissance du pair se fonde ainsi sur une dynamique de comparaison avec autrui. Ce processus distingue deux catégories d’individu : les pairs et les autres. Le pair est le même, au sens où son pair lui attribue spontanément des expériences comparables et se reconnait pour cette raison en lui. Le pair est donc reconnaissable au fait qu’il est un possible support d’identification, et ce dans un mouvement corollaire de distanciation avec d’autres, autrement dit ceux ne vivant pas les situations particulières » (Gardien, 2017).

En plus de cette banalisation du trouble, de cette « mise en parenthèses de la maladie » (Troisoeufs, 2020), cette appartenance commune permet la création d’une forme de solidarité, d’entraide. Les adhérents participent, en tant que « pairs », à une forme de soutien, d’entraide. Ils se soucient les uns des autres, prennent soin les uns des autres.

L’autre ayant vécu une expérience similaire, il apparaît comme un interlocuteur privilégié pour échanger autour de sa propre expérience, pour trouver du réconfort et du soutien. Il apparaît comme une personne en mesure de comprendre ce que l’adhérent vit, une personne de confiance qui ne va pas le juger parce qu’il a lui-même vécu ces épreuves, parce qu’il vit possiblement les mêmes situations et, à qui il pourra donc se confier, une personne auprès de laquelle il pourra également bénéficier de conseils qui sembleront pertinents à ses yeux du fait de la proximité expérientielle qui les lie.

Lorsque l’on devient adhérent d’un GEM, on appartient à un groupe et on peut ressentir que l’on compte pour autrui : les autres se préoccupent de nous, de ce qui nous arrive (Painter, 2019). C’est comme appartenir à une « deuxième famille » (extrait d’entretien – C., 42 ans, adhérent depuis 9 ans). Cette « solidarité familiale » a été visible durant le confinement : ils ont pris des nouvelles les uns des autres, se sont soutenus, ont gardés contact par téléphone, se sont préoccupés de l’état de santé des autres. S’est constituée une vraie relation de « care », au sens d’une attention portée à autrui, de souci des autres (Paperman, Laugier, 2011) et de ce qui pouvait leur arriver1, qui était déjà présente au GEM mais sous une forme beaucoup moins visible, plus implicite. Comme dans toute famille, l’entraide se fait assez naturellement et de manière tout à fait informelle. Elle est spontanée et peut se voir à travers l’attention portée à autrui. Les adhérents font l’objet d’une « veille sociale » attentive (Painter, 2019) vis-à-vis de leur état de santé, de la part des professionnels du GEM mais également et surtout de la part des autres adhérents. En tant que pairs, ils connaissent ce que peut vivre la personne et repèrent rapidement les signes qui pourraient faire penser qu’elle ne semble pas aller bien, les signes avant-coureurs d’une éventuelle crise à venir. Ils peuvent ainsi prévenir et alerter la personne concernée. C’est notamment ce qu’a pu m’indiquer un des adhérents lors de son entretien. Il a pu m’expliquer qu’il faisait attention aux autres et qu’il se permettait de leur dire de faire attention à certains moments lorsqu’il observait que la personne commençait à aller mal :

– Et du coup, vous le GEM, vous diriez qu’il vous apporte quoi ?

– Un soutien moral parce qu’on est pas tout seul dans la maladie. Et de voir du monde, qu’on est tous touchés plus ou moins suivant son cas, ça nous apporte un épaulement où on a tous nos faiblesses, nos signes-là. On discute entre nous, on se voit et ça nous permet de nous adapter un peu mieux dans notre maladie et un peu mieux dans le résultat de la guérison de la maladie quoi.

– Du coup vous diriez que c’est important cette idée que vous êtes vraiment avec des personnes qui ont aussi un trouble psychique et qui connaissent la maladie ?

– Oui, voilà. Qui connaissent la maladie parce que ils peuvent nous prévenir. Quand on connaît bien la maladie, quand on se connaît bien ou quand on connaît bien un peu les maladies, on peut dire attention, « fait attention là t’as quelque chose qui va pas, va voir ton docteur ». Se le dire entre nous ou autrement, si ça va trop loin, le dire au référent du GEM et il l’aiguille quoi, il lui propose d’aller voir son docteur tout ça, pour essayer de le recadrer quoi. Parce que des fois qu’un tout petit cachet de rien vous remet en super condition. (…) moi je suis passé par plusieurs étapes qui ont été successives, qui ont évoluées dans le temps. Et puis, avec mes médicaments, mes traitements, au début y a rien qui m’allait et après, ils m’ont trouvé un truc qui m’allait et qui a commencé à me calmer. Et après, j’ai vu l’évolution, j’ai appris tout ça. Après quand j’étais à un certain niveau, on m’a appris ma maladie bien comme il faut. C’est pour ça que j’ai bien vu l’évolution. Alors je me rend mieux compte. Alors maintenant, je suis un peu plus apte à dire à untel bah « méfie toi de ça » ou « méfie toi de ça », « va voir ton médecin » et tout. On me dit que je suis aidant comme je me comporte. Bon bah c’est tout, je suis comme je suis puis c’est tout. Moi je cherche pas à dire « je vais te prescrire un médicament » et tout, c’est pas mon rôle. Bon on me dit je suis aidant, bah je suis aidant et puis c’est tout. 

(E15, adhérent depuis 3 ans au GEM)

Il connaît la maladie, ses effets, a appris à les repérer. Il a acquis un certain savoir expérientiel qu’il met à profit des autres, pour alerter les autres en fonction des signes qu’il perçoit. Les adhérents font « inclusion » à travers cette attention portée à autrui. Ce « faire inclusion » est dépendant des adhérents, des relations et interactions qui existent au sein du GEM entre eux et qui peuvent correspondre à une forme de prendre soin, de pair-aidance. 

Les animateurs, ces « tiers » facilitant l’inclusion

Le GEM est un espace construit par et pour ses adhérents, un espace de participation sociale, de gouvernance, « auto-géré » (Peintre et al., 2017). Pour autant, le GEM n’est pas uniquement le résultat d’un travail de construction entre « pairs ». Il suppose également la présence d’un « tiers » (Traverso, 2020). Le GEM ne pourrait exister, en effet, sans la présence des « tiers facilitateurs » (Virgos et al., 2018) que sont les animateurs. Ils ont une fonction de médiation.

Les animateurs sont en quelque sorte les garants du cadre bienveillant du GEM. Il apparaît nécessaire, aux yeux de l’équipe de ce GEM du moins, de cadrer ce qui se passe, de créer un cadre qui soit sécurisant pour la personne et qui puisse faire de ce lieu associatif, un véritable espace « thérapeutique »2 (Bell et al., 2018 ; Winchester, McGrath, 2017, Painter, 2019), que l’adhérent puisse s’y sentir bien, que ce lieu participe à son bien-être et ainsi, à une forme de soin. Ce terme de « cadre », renvoie pour l’équipe d’animation, non pas à l’idée de cadre au sens goffmanien du terme (Goffman, 1991) mais davantage à une conception thérapeutique, en lien avec la psychothérapie. Ce terme de cadre renvoie à celui de cadre de soin, de cadre thérapeutique, avec l’idée sous-jacente que le cadre construit par l’institution, par les soignants, a lui-même un effet bénéfique pour la personne (Martin, 2001).

En tant que médiateur, l’animateur est là pour fluidifier et réguler les relations sociales, pour faire du lien (Peintre et al., 2017). Il permet la rencontre entre adhérents, est là pour que celle-ci se fasse dans de bonnes conditions et, fait, pour cela, appel à deux formes de médiation : la médiation préventive et curative (Guillaume-Hofnung, 2015). Le GEM est un lieu de vie au sein duquel, comme tout autre espace social, des tensions et des conflits peuvent survenir. L’équipe d’animation est alors présente pour les temporiser.

Cette fonction de médiation dans l’animation transparaît également dans un autre registre, à travers le travail réalisé autour de la création et de la perpétuation du lien social. Le médiateur n’est pas qu’un simple négociateur (Darbellay, Roduit, 2018 ; Chouinard et al., 2009). Le GEM vise à inclure les individus dans et à la société à travers sa fonction de « métier à tisser des liens » (Fiacre et al., 2017). Les animateurs, en tant que médiateurs, sont là pour justement rattacher les adhérents à la société, la médiation consistant en une « action (…) destinée soit à faire naître ou renaître (…) des relations nouvelles, soit à prévenir ou guérir (…) des relations perturbées » (Six, 1990). La médiation est ici appréhendée en tant que médiation créatrice et rénovatrice, visant respectivement à faire naître ou renaître un lien (Guillaume-Hofnung, 2015).

Les animateurs sont là pour favoriser les échanges entre adhérents, notamment lors des temps d’accueil, et pour créer du lien avec l’extérieur. Tout ce travail de médiation de l’animateur vise donc à « créer des occasions » (Freynet, 2000 ; Chouinard et al., 2009), des temps de rencontre, à ouvrir et investir de nouveaux espaces au sein desquels les adhérents seront reconnus pour leurs capacités et potentialités et non plus à travers leurs manques ou leur trouble.

Références bibliographiques

Bell, S. L., Foley, R., Houghton, F., Maddrell, A., & Williams, A. M. (2018). From therapeutic landscapes to healthy spaces, places and practices: A scoping review. Social science & medicine (1982), 196, 123–130.

Chouinard, I., Couturier, Y., Lenoir, Y. (2009). Pratique de médiation ou pratique médiatrice ? La médiation comme cadre d’analyse de la pratique professionnelle des travailleurs sociaux, Nouvelles pratiques sociales, 21(2), 31-45.

Darbellay, K., Roduit, S. (2018). L’animateur-médiateur, quelles réalités ? De la formation à son implémentation dans des actions hors murs dans le contexte suisse in Greffier , L., Montero, S., Tozzi, P. (dir.) L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ? (pp.37-55), Bordeaux : Carrières sociales Éditions, coll. « Des paroles et des actes ».

Fiacre, P., Perrot-Dessaux, C., Demoustier, S., Prieto, J., Raharijaona, M. (2017). Entre vulnérabilité et autonomie. Etude sur les groupes d’entraide mutuelle de la région Centre – Val de Loire, CREAI du Centre – Val de Loire, étude réalisée à la demande de l’ARS Centre – Val de Loire.

Freynet, M-F. (2000). La médiation, nouvelle technique, nouveau métier ? La médiation, un enjeu pour la refondation du travail social, Revue française de service social, (198), 98-103.

Gardien, E. (2017). L’accompagnement et le soutien par les pairs, Grenoble : PUG, coll. « Handicap, vieillissement, société ».

Goffman, E. (1991). Les Cadres de l’Expérience, Paris : Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Gueydan, G. (2017). Les GEM, groupes d’entraide mutuelle, Les cahiers pédagogiques de la CNSA, mai 2017, consulté le 20 octobre 2019. Disponible sur : https://www.cnsa.fr/documentation/cahierpedagogique_gem.pdf.

Guillaume-Hofnung, M. (2015). La médiation, Paris : Presses universitaires de France.

Laugier, S. (2010). Le care : éthique, genre et société, conférence donnée à l’université Victor Segalen Bordeaux 2 dans le cadre du cycle de conférences « L’invité du mercredi » sur le thème « Santés, médecines, sociétés ».

Martin, M. (2001). Le cadre thérapeutique à l’épreuve de la réalité: (Du cadre analytique au pacte). Cahiers de psychologie clinique, 17(2), 103-120.

Painter, S. (2019). L’inclusion dans la ville des personnes en fragilité psychique vieillissantes. Une étude qualitative des espaces de vie d’adhérents d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM) d’une petite ville française, Thèse de géographie sociale, Rennes : Université Rennes 2.

Paperman, P., Laugier, S. (2011). Le souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques ».

Peintre, C. (et al.) (2017). Évaluation qualitative des effets produits par les GEM sur les situations de vie de leurs adhérents, Rapport, ANCREAI.

Six, J-F. (1990). Le temps des médiateurs, Paris : Éditions du Seuil.

Traverso, V. (2020). « Faire la tiers », « faire la paire » dans l’interaction (1) : notes et repères, Hypotheses.org [en ligne], Projet TIASAMN (carnet de recherche), mis en ligne le 18 mai 2020, consulté le 12 août 2020. Disponible sur :https://tiasamn.hypotheses.org/219.

Troisoeufs, A. (2009). La personne intermédiaire, Terrain [en ligne], 52(1), mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 15 novembre 2019. Disponible sur : https://journals.openedition.org/terrain/13593.

Troisoeufs, A. (2020). « Jouer aux normaux entre malades ». Expériences des troubles psychiques et normalités négociées dans les groupes d’entraide mutuelle, Anthropologie & Santé [en ligne], mis en ligne le 30 avril 2020, consulté le 19 septembre 2020. Disponible sur : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/6101.

Virgos,J., Dansac, C., Vachée, C. (2018). Créer du lien pour émanciper, quand la fonction de facilitation devient un marqueur identitaire pour les animateurs in Greffier L., Montero S., Tozzi P.  (dir.) L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ? (pp.121-138), Bordeaux : Carrières sociales Éditions, coll. « Des paroles et des actes ».

Winchester, M., McGrath, J. (2017). Therapeutic landscapes: Anthropological perspectives on health and place. Medicine Anthropology Theory. 4.


1 Comme l’explique Laugier au cours d’une conférence à l’université de Bordeaux (2010), il existe plusieurs dimensions du care. Le care, c’est à la fois s’occuper d’autrui, pourvoir à ses besoins mais c’est aussi le care about, c’est-à-dire se sentir concerner par autrui, se soucier d’autrui (Paperman, Laugier, 2011). C’est à la fois une activité et une attitude, une attention portée à autrui. Le relation de care peut se traduire par cette idée d’attention (Laugier, 2010).

2 Bell et al. (2018) parlent de « therapeutic lanscape », de « paysage thérapeutique ».

Citer ce billet : Aziliz Le Callonec « Les pratiques inclusives. Enquête auprès d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (1) : Vivre l’espace commun », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 20 octobre 2020  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/313.

Les pratiques inclusives. Enquête auprès d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (1) : Vivre l’espace commun

Aziliz Le Callonnec

J’ai mené, dans le cadre de ma mission de stage au sein de l’Orspere-Samdarra, une recherche sociologique sur les « pratiques inclusives » d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM)1, le GEM Envol et Cie2. Dans le cadre de ce travail, qui s’inscrit dans le projet TIASAMN, je me suis intéressée notamment aux relations et interactions qui existent et qui sont créées à partir de cet espace associatif « atypique » ; aux relations qu’ont les adhérents entre eux mais également, à celles qu’ils ont avec l’équipe d’animation. A ce titre, le GEM apparaît, à mon sens, comme un espace d’entraide mutuelle entre « pairs » dont le bon fonctionnement est garanti par le maintien d’un cadre bienveillant et sécurisant par des « tiers » jouant le rôle de médiateurs et de facilitateurs au quotidien. Je me baserai dans ce qui suit, pour illustrer mes propos, sur le travail de terrain que j’ai mené au GEM de février à juillet 2020, sur les multiples données recueillies et sur les premiers résultats issus de cette enquête (Le Callonnec, 2020).

 Figure 1. Présentation de l’espace partagé – Source : enquête de terrain, 2020

L’une des spécificités du GEM Envol et Cie est d’être une association parmi d’autres. Le GEM partage en effet ses locaux avec d’autres associations, d’autres structures. Il participe à un processus d’occupation temporaire depuis 2018 : l’Autre Soie sur la métropole de Lyon. Vingt-deux structures prennent part à cette expérience – dont le GEM – et font vivre au quotidien cet espace qui se veut « inclusif ». L’Autre Soie est pensé avant tout comme un lieu de rencontre entre différents acteurs, qui sont amenés à se fréquenter dans divers espaces communs à l’usage de tous (cuisine, jardin, rotonde,…) (Fig.1).

Avoir ainsi des espaces en commun avec d’autres permet au GEM de répondre à l’une de ses missions principales, qui est l’ouverture sur l’extérieur. C’est une volonté très forte de ce GEM en particulier.

Les adhérents côtoient quotidiennement les autres « usagers » du lieu. Au sein de cet espace partagé, ils rencontrent de nouvelles personnes extérieures au GEM et, plus largement, au « monde » de la psychiatrie, du handicap et de l’action sociale. Ils ne sont pas uniquement entre « pairs », dans une forme d’entre-soi, mais sont nécessairement amenés à côtoyer l’autre, ne serait-ce qu’en étant simplement mis en présence d’autrui. Cette simple mise en présence – cette intégration physique (Söder, 1980) des adhérents au sein de l’espace partagé – me semble être une première forme d’inclusion ou, du moins, la première étape, nécessaire, d’un processus tendant vers l’inclusion. En effet, il n’y a plus de frontière physique séparant les adhérents du reste de la société ; ils sont en présence d’autrui, dans un espace mixte, et non dans un espace spécifique leur étant uniquement dédié. Les adhérents, pour venir au GEM, sont amenés à traverser les espaces communs de l’Autre Soie (Fig. 1) et, nécessairement, à côtoyer autrui, à être en sa présence, même si ce côtoiement n’implique pas nécessairement d’échanges particuliers mais une forme d’« inattention polie » (Goffman, 1973, 2013 ; Nizet, Rigaux, 2014), de sociabilité minimale. Ils sont « parmi les autres », « admis parmi les autres » (Gremion & Paratte, 2009).

Les adhérents sont présents dans l’ensemble des espaces communs et les investissent. Ils sont à la fois usagers du GEM et usagers de l’espace partagé et, à ce titre, peuvent utiliser les deux comme ressources, comme un « havre de paix » (Pinfold, 2000) ou une « oasis » (Philo, Parr, Burns, 2005).

Ils peuvent aussi participer aux activités et ateliers proposés par les autres occupants. Ils sont plusieurs à le faire et n’y vont pas en tant qu’adhérents du GEM, en tant que personnes ayant ou ayant vécu avec des troubles psychiques : aucune différence n’est faite entre eux et les autres personnes qui participent aux ateliers Ils sont « différents comme les autres » (Gremion & Paratte, 2009). C’est d’ailleurs ce qu’a pu me dire l’une des adhérentes, qui participe à beaucoup d’ateliers proposés par l’Autre Soie :

« Et, par exemple, est-ce que c’est le cas dans d’autres espaces que tu fréquentes ?

– Quand je vais aux [activités de l’espace partagé], oui. Mais [eux] c’est des gens normaux.

– Et tu trouves du coup que c’est différent ?

– Ouais. Ils connaissent pas ma maladie (…). Ils savent pas que je suis malade psychique (…). Ils le savent pas.

– Donc, du coup, ils te regardent « normalement » en quelque sorte ? Ils te regardent comme au GEM ?

– Voilà ! 

(E3, adhérente depuis 12 ans au GEM )

Pour autant, il est intéressant de remarquer que les relations qu’ont les adhérents avec les autres usagers de cet espace, de ce lieu du commun, ne sont pas les mêmes que celles qu’ils peuvent avoir entre adhérents au sein du GEM. L’extrait d’entretien ci-dessus l’illustre d’ailleurs très bien (voir supra).

Les relations existantes avec les autres occupants de l’Autre Soie ne se fondent pas sur le trouble. Ils « ne connaissent pas [sa] maladie » : l’expérience des troubles psychiques, cet aspect de la personne, n’est pas connu ou, du moins, pas mis en avant. Les adhérents contrôlent donc les informations potentiellement discréditables les concernant et peuvent choisir de les révéler ou de les dissimuler, en ayant recours à des « faux semblants » (Goffman, 1975), à des stratégies et subterfuges divers et variés (Calvez, 1994). Ils peuvent donc exister avec d’autres dimensions de leur identité et de leur expérience. Ils sont autre chose que des personnes « ayant des troubles psychiques » et la participation aux activités proposées dans cet espace commun, mais également les divers échanges qu’ils peuvent avoir avec les autres occupants et usagers du lieu, leur permettent de ne plus être cantonnés à cette unique facette identitaire.

C’est également le cas au GEM mais dans une autre mesure. Cette dimension de la personne est connue de tous. Le GEM est un lieu construit autour de cette expérience commune, dédié initialement aux personnes ayant des « fragilités » psychiques. La maladie fait donc partie de la condition commune, est une expérience sociale partagée par tous, ou par la grande majorité des adhérents. L’expérience de la maladie devient, en ce sens, une expérience parmi d’autres, « banale ».

Références bibliographiques

Calvez, M. (1994). L’institution totale, gestionnaire de biographies. L’entrée de déficients mentaux dans le milieu ordinaire, Politix, 27(7), 143-158.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 2 : Les relations en public, Paris : Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Goffman, E. (1975). Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris : Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Goffman, E.  (2013). Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris : Economica, coll. « Études sociologiques ».

Gremion, L., Paratte, M. (2009). Intégration scolaire, de quoi parle-t-on au juste ? Une étude de cas dans un collège secondaire, Formation et pratiques d’enseignement en questions, (9), 159-176.

Gueydan, G. (2017). Les GEM, groupes d’entraide mutuelle, Les cahiers pédagogiques de la CNSA, mai 2017, consulté le 20 octobre 2019. Disponible sur : https://www.cnsa.fr/documentation/cahierpedagogique_gem.pdf.

Le Callonec, A. (2020). Les paradoxes de l’inclusion. Enquête sur les pratiques inclusives d’un groupe d’entraide mutuelle, mémoire réalisé dans le cadre du Master « Situation de handicap et participation sociale », Rennes : EHESP.

Nizet., J., Rigaux, N. (2014). La sociologie d’Erving Goffman, Paris : La Découverte.

Philo, C., Parr, H., Burns, N. (2005). An oasis for us : « in between » spaces of training for people with mental health problems in the Scottish Highlands, Geoforum, 36(6), 778-791.

Pinfold , V. (2000). « Building up safe havens…all around the world »: User’s experiences of living in the community with mental health problems. Health & place. 6(3). 201-212.

Söder, M. (1980). School integration of mentally retarded— analysis of concepts, research and research needs. in NBE (National Swedish Board of Education), Research and development concerning integration of handicapped pupils into the ordinary school system (pp. 1-30). Stockholm : NBE.


1 Crées suite à la promulgation de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la citoyenneté et la participation des personnes handicapées, les GEM sont des dispositifs de compensation du handicap (CNSA, 2017), des structures associatives visant à la fois la « réinsertion » (sociale, professionnelle et citoyenne), le développement du lien social ainsi qu’une meilleure participation sociale des personnes présentant des troubles similaires (majoritairement des troubles psychiques), via l’émergence d’un espace neutre leur permettant de discuter, de se soutenir,de s’entraider mutuellement.

2 L’enquête s’est déroulée au sein du GEM « Envol et Cie » qui est situé à Villeurbanne, dans l’agglomération lyonnaise. C’est une association parrainée par le Centre Hospitalier Le Vinatier, qui est totalement auto-gérée par les adhérents1 et qui existe sous sa forme de GEM depuis 2007.

Citer ce billet : Aziliz Le Callonec « Les pratiques inclusives. Enquête auprès d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (1) : Vivre l’espace commun », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 20 octobre 2020  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/300.

« So just please tell him the truth » : Le tiers/pair-interprète dans la résolution des problèmes de communication

Anna Claudia Ticca

Les recherches en sciences du langage, parmi d’autres disciplines, ont dédié de nombreuses études à l’activité des interprètes dits communautaires ou sociaux (voir par exemple les travaux de l’équipe REMILAS). Dans ce billet, je propose l’observation d’un cas qui a attiré mon attention pour l’efficacité de l’action résolutive de l’interprète lors d’un moment d’impasse dans une consultation en santé. Quelques mots sur le contexte de l’interaction aideront à mieux comprendre la situation. 

Il s’agit d’une consultation d’examen médical avec une demandeuse d’asile en France. Elle souhaite faire établir un certificat qui puisse attester de la correspondance entre les violences qu’elle a subies lors de son parcours migratoire et les traces que ces violences ont laissé sur son corps. Dans le cadre de ces visites, les personnes sont amenées à raconter avec précision tout ce qu’elles ont vécu. Le médecin sera alors en mesure de produire de l’information nouvelle, cohérente et précise, corroborant le récit de vie dont la vraisemblance ou véridicité a été mise en question en première instance[1].  

Bien que le médecin parle anglais, la langue utilisée par la patiente, une interprète français-anglais participe à la visite. L’extrait choisi montre le moment où le médecin manifeste sa contrariété vis-à-vis de ce que la patiente vient de dire (lignes 01-06, traduites en français par mes soins).

La communication semble ici être arrivée à un moment d’impasse ; en effet, les énoncés du médecin ne favorisent pas, de manière directe, l’intervention de la patiente, qui, de plus, ne prend pas trop l’initiative lors des échanges précédents. L’énoncé en ligne 3 est en effet une affirmation, un commentaire qui, en soi, ne demande pas une réponse, comme ce serait le cas si le médecin avait posé une question par exemple. En revanche, à la ligne suivante, c’est l’interprète qui intervient, de manière spontanée, sans donc que ni le médecin ni la patiente demandent explicitement son intervention (même si le médecin la regarde en terminant son tour de parole, ligne 06). Elle, nous allons le voir dans la suite, produit deux actions différentes : reformule la parole du médecin tout en apportant du contenu ‘nouveau’ ou original, qui ne représente donc pas une reformulation de ce que le médecin vient de dire (en bleu et en vert respectivement).  

IMG 1

Avec son intervention, l’interprète reformule, en le développant, le tour de parole du médecin et termine son propre tour de parole avec une question. Plus dans le détail, elle :

– Offre une reformulation de ce que le médecin vient de dire (bien qu’il ait parlé en anglais, langue à priori compréhensible par la patiente) (son histoire a changé pour la troisième fois et cela devient difficile pour lui) ; 

– Explique la raison de ce que dit le médecin (il a besoin de savoir exactement ce qui s’est passé pour pouvoir écrire le certificat, puisque la patiente a subi des violences et si elle change de version il ne pourra pas donner du sens à son histoire) ; 

– Encourage la patiente à répondre aux questions du médecin de la manière souhaitée (« donc s’il vous plaît, dites-lui la vérité »).

Nous voyons ici que l’interprète navigue entre différentes dimensions épistémiques, qui relèvent d’un savoir technique, lié à son métier d’interprète (reformuler la parole de l’autre, en utilisant la même langue[3] pour garantir l’intercompréhension), d’un savoir expérientiel (la connaissance des objectifs de la visite) et d’un savoir interactionnel-communicatif (maintenir active l’interaction en rétablissant l’intersubjectivité entre les participants). 

Comme nous l’avons indiqué, le médecin parle lui-même anglais et peut donc suivre l’intervention de l’interprète. Son regard, ses mouvements de la tête (Im. 1) et son acquiescement (ligne 22) montrent son alignement et son acceptation de l’action de l’interprète. Et c’est suite à cette intervention que la patiente répondra à l’interprète en déclarant qu’elle dit la vérité et en demandant des précisions sur l’objet de l’incompréhension du médecin. Une fois cela éclairci, le médecin obtiendra l’information recherchée et la séquence pourra se clôturer, permettant que l’entretien se développe sur d’autres sujets. 

L’activité de l’interprète que nous venons d’observer pourrait surprendre et même heurter certains interprètes ou praticiens, qui demandent au tiers-interprète d’adopter un comportement adapté à son rôle, tel qu’ils se le représentent (respectant la neutralité, l’impartialité, la fidélité de la parole…). Toutefois, cette analyse invite à considérer un autre aspect lié à l’interprétariat, qui concerne l’apport que les tiers-interprètes peuvent offrir à la résolution des situations communicatives compliquées ou délicates. En effet, dans le cas présenté ici l’intersubjectivité et l’intercompréhension se re-construisent tout au long de la rencontre à travers un nombre de micro ajustements de l’interaction dans l’interaction, auxquels l’interprète participe de manière active.

Le cas analysé permet ainsi de mettre en lumière la manière d’agir de l’interprète, qui ‘fait le pair’ du médecin (voir les billets de V. Traverso sur le ‘pair’ et le ‘tiers’), dans la mesure où elle agit ‘comme le médecin’ afin d’obtenir une information pertinente pour le déroulement de la consultation[4]. Cette superposition de rôles interactionnels et sociales (car ‘faire le médecin’ permet à l’interprète-pair de poser des questions à la patiente et de mettre en circulation son propre savoir), représente elle même une ‘ressource’, mobilisée ad hoc pour des fins locales et situés dans l’interaction. 

Les savoirs expérientiels développés au sein des situations d’interaction avec les personnes en demande d’asile semblent être la condition nécessaire permettant à l’interprète de manifester ces différentes identités interactionnelles de ‘pair’ et de ‘tiers’. Comme le rappelle V. Traverso dans son billet, c’est toujours en accord avec les co-participants que les savoirs et les identités mentionnés ici peuvent se construire et se manifester afin de faire progresser l’interaction et de répondre aux besoins des interlocuteurs.

Références bibliographiques

Ticca Anna Claudia (2017), « Lay interpreters’ activities and identities in medical consultations », Antonini R., Cirillo L., Rossato L., Torresi I. (eds) Non-professional Interpreting and Translation: The State of the Art and Future of an Emerging Field of Research. John Benjamins.

Traverso Véronique (2017), « Formulations, reformulations et traductions dans l’interaction : le cas de consultations médicales avec des migrants », Revue française de linguistique appliquée, 2 (Vol. XXII), p. 147-164. URL : https://www.cairn-int.info/revue-francaise-de-linguistique-appliquee-2017-2-page-147.htm

Traverso Véronique (2020), « “Faire la tiers”, “faire la paire” dans l’interaction (1 et 2) : analyse d’extraits », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 18 mai 2020  [En ligne] https://tiasamn.hypotheses.org/229.


[1] Les personnes qui viennent à ces consultations médicales sont en procédure de recours suite à un premier refus du statut de réfugié demandé à l’OFPRA.

[2] Cette symbole indique que le tour de parole du locuteur courant continue dans la ligne suivante.

[3] La traduction peut être définie en tant que reformulation. Sur les diverses formes de re-formulations dans les interactions plurilingues, voir Traverso 2017.

[4] J’ai discuté ailleurs (Ticca 2017) sur les interprètes ‘pairs’ dans les consultations médicales dans le contexte mexicain. 

Citer ce billet : Anna Claudia Ticca « ‘So just please tell him the truth’ : Le tiers/pair-interprète dans la résolution des problèmes de communication », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 30 septembre 2020  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/283.

“Faire la tiers”, “faire la paire” dans l’interaction (2) : analyse d’extraits

Véronique Traverso (IFPO)

Ce billet poursuit la réflexion sur tiers et pairs dans l’interaction, à partir de l’analyse de deux extraits. Ces analyses reposent sur des compréhensions des notions de “pair” et “tiers” arrêtées à toute fin pratique, pour entamer l’analyse des pratiques observées en situation (voir Billet “Faire la tiers”,  “faire la paire” dans l’interaction (1) : notes et repères).

Faire le pair est compris comme intervenir en tant que personne qui possède / revendique / dispose d’une expérience partagée avec la ou les personnes avec qui elle interagit.

Faire le tiers implique nécessairement trois instances, deux entre lesquelles une troisième intervient, pour traduire, pour expliquer, vulgariser, temporiser, apaiser. Le tiers est porteur du doute, il apporte un autre regard, une autre voix. 

Deux extraits

Les extraits ci-dessous proviennent du corpus collecté dans le cadre du projet REMILAS-Liban (Dimensions linguistiques et communicatives dans l’assistance aux réfugiés et personnes déplacées au Liban, IFPO, USJ, ICAR), qui étudie la communication dans les interactions à caractère médico-social, entre les réfugiés/déplacés syriens et les professionnels de santé somatique et mentale au Liban (voir page dédiée). Une partie de ce corpus, celle qui nous intéresse ici, est constituée de Life skills sessions avec des femmes précaires, se tenant dans une ONG au Liban. Ces sessions sont des séries de séances organisées pour offrir un soutien « visant à protéger ou promouvoir le bien-être psychosocial et/ou à prévenir ou traiter un trouble mental », UNHCR, 2013. La séance dont proviennent les extraits porte sur l’hygiène. Elle réunit 12 personnes (8 femmes bénéficiaires, la psychologue, deux formatrices de broderie, et l’observatrice), qui sont installées autour d’une table dans une des salles de formation de l’association.

Le groupe de Life Skills
Extrait 1. Faire la tiers

La séance débute par un tour de table, où chacune doit dire ce qu’est l’hygiène pour elle et formuler ce qu’elle considère comme le plus important dans ce domaine. Le premier extrait se situe au début du tour de table, alors que la participante Maha a été désignée pour parler en premier. Elle commence par vérifier sa compréhension de la question :

Pour simplifier, seule la traduction est reproduite.

La début de l’extrait ne nous intéresse que pour observer que Maha se trouve dans une situation (de personne désignée pour parler) qu’elle manifeste comme inconfortable. Après la confirmation de la psychologue à la ligne 3-5 à sa question, elle marmonne quelque chose ligne 7 en quittant la psychologue des yeux et tournant la tête vers les femmes du groupe, puis, alors que la psychologue répète sa question, elle se recule sur sa chaise, comme si elle se retirait. Elle finit par répondre ligne 10-11, sous la forme d’une définition (la propreté c’est le rangement de la maison, alnaḍafa tartīb ilbēt). Ligne 13, la psychologue – en prenant toutes les précautions d’une réponse non préférée (pause, ralentissement de production de la réponse, répétition, marqueur) – disqualifie la réponse (le rangement n’est pas l’hygiène). 

Jusque-là, l’échange se déroule entre la psychologue et Maha. Même si, de temps à autres, Maha tourne la tête vers les autres membres du groupe, c’est d’elle que des prises de parole sont séquentiellement attendues et, lorsqu’elle se tait, le silence s’installe dans l’interaction. Sa première réponse, traitée comme inappropriée par la psychologue, laisse ouverte l’attente séquentielle posée initialement par la question de la psychologue.

On voit alors intervenir, d’abord Maïssa, qui, ligne 17, produit une marque d’assentiment (“hm”), s’alignant et s’affiliant aux propos de la psychologue. Par cette intervention, elle fait la tiers à l’échange, qui vient s’affilier avec l’un des deux protagonistes (cf. les travaux réunis dans Le Trilogue, Kerbrat-Orecchioni & Plantin, 1995).

Au tour suivant, c’est Mary qui intervient :

Son tour de parole n’exprime pas un accord avec ce que vient de dire la psychologue, mais propose une forme d’explication de “propreté personnelle”. C’est une tiers qui, donnant sa propre formulation du sujet en train d’être questionné, produit une médiation au sein de la séquence question-réponse. Dans ce petit échange, il est intéressant d’observer les regards des participants. Tout le groupe de femmes est focalisé sur Maha depuis que la psychologue lui a attribué le tour. Lorsque Mary prend la parole, elle continue à regarder Maha, à qui elle est en train de s’adresser. Toutefois, à la fin de son tour de parole, après une première partie d’explication puis une pause, dans une expansion (“meʃ ḍarūri lbejt”, pas nécessairement la maison) qu’elle ajoute sur un ton plat, et sur un rythme plus rapide, elle quitte Maha des yeux pour regarder la psychologue. Que fait-elle avec ce regard ? On pourrait peut-être proposer qu’elle cherche l’assentiment de la psychologue, mais je vois plutôt là un procédé pour “faire la tiers” dans l’échange, ne pas se montrer comme l’interlocuteur, mais réouvrir, réorienter, vers le trilogue. Les regards de Maha aussi sont intéressants à  examiner. On a vu que, depuis le début de son tour, elle alterne des regards vers la psychologue et vers le groupe. Elle est déjà orientée vers Mary, lorsque celle-ci prend la parole, et elle continue à regarder pendant qu’elle parle. Mais, lorsqu’elle-même répond à nouveau, en chevauchement sur la fin du tour de Mary, elle se tourne vers la psychologue, pour proposer d’autres éléments de réponse.

Extrait 2. Faire la paire

L’extrait 2 arrive plus loin dans le tour de table, toujours pendant que Maha a la parole. Elle a expliqué qu’elle a un problème avec ses enfants qui se salissent dès qu’ils jouent. La psychologue enchaîne avec quelques énoncés à propos des enfants. Puis une autre participante intervient.

A la fin de la prise de parole de la psychologue, Maha acquiesce. Après un long silence (ligne 6), Maïssa prend la parole, en introduisant sa parole comme une suite de ce que vient de dire Maha. Elle surenchérit sur ce que Maha a expliqué concernant le fait que les enfants qui viennent de prendre leur bain ressortent dans la rue pour jouer et se resalissent immédiatement  (une analyse détaillée de l’extrait est proposée dans Traverso à paraître).  Dans son tour de parole, Maïssa décrit les espaces “ici” (au Liban), ligne 7, dans un tour qui reste inachevé, et auquel Maha s’affilie (oui c’est vrai, ligne 9). Puis elle poursuit (11-16), en opposant les appartements “ici” et ceux dont elle avait l’habitude. Dans cette partie du tour :

elle parle des “grandes maisons”, qu’elle connaissait en Iraq, puis elle poursuit (ligne 15) en suggérant qu’il en était peut-être de même en Syrie. Avec ce tour, elle effectue des catégorisations – elle-même comme (réfugiée) iraquienne, et Maha vers qui elle fait un geste de la main, comme (réfugiée) syrienne –, et elle suggère un partage d’expérience (avoir vécu dans une grande maison qu’on a perdue). Cette proposition obtient l’assentiment, non seulement de Maha, mais aussi d’une autre femme réfugiée syrienne du groupe (ligne 18). A partir de ce qui est établi dans cet échange, Maïssa peut ensuite poursuivre, ligne 19, en disant “nous nos maisons elles étaient…”. Dans cet échange, Maïssa “fait la paire” par rapport à ses paires (les autres réfugiées), venant en soutien de Maha qui peine dans ses réponses sur l’hygiène.

Références bibliographiques

Kerbrat-Orecchioni, C., Plantin, C. (eds) (1995). Le trilogue. Lyon : PUL.

Traverso V. (à paraître 2020). Raconter dans un collectif. Que font les personnes avec leurs “récits d’avant” dans des séances de soutien psychosocial. Langage et Société.

UNHCR (2013), Santé mentale & Soutien psychosocial. Directives opérationnelles pour la programmation des opérations auprès des réfugiés, https://www.unhcr.org/fr/protection/health/52fccfc79/sante-mentale-soutien-psychosocial-directives-

Citer ce billet : Véronique Traverso « “Faire la tiers”, “faire la paire” dans l’interaction (2) : analyse d’extraits », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 18 mai 2020  [En ligne] , https://tiasamn.hypotheses.org/229.

“Faire la tiers”, “faire la paire” dans l’interaction (1) : notes et repères

Véronique Traverso (IFPO)

Ce billet propose quelques premières réflexions sur les tiers et les pairs dans l’interaction, non sur la base de catégories ou catégorisations appliquées a priori, fondées sur des données externes (comme par exemple “médiateur”, “interprète”, “accompagnateur”, etc.), mais sur les pratiques observables par lesquelles les participants à une interaction peuvent faire le/la pair(e) (doing being a peer) ou faire le/la tiers (doing being a third-party). 

Quelques définitions initiales comme repères

Tiers. Définition du portail lexical de l’ATILF : « I  Vx. Troisième ; II. − Qui s’ajoute, qui est étranger à un ensemble de deux personnes, de deux groupes »

Une conception très inspirante du tiers dans l’interaction se trouve dans les travaux de Christian Plantin sur la situation argumentative, qu’il définit ainsi :

« La situation d’argumentation est définie comme une situation tripolaire, c’est-à-dire à trois actants : Proposant, Opposant, Tiers. À chacun de ces pôles correspond une modalité́ discursive spécifique, discours de Proposition (soutenu par le Proposant), discours d’Opposition (soutenu par l’Opposant) et discours du Doute ou de la mise en question, définitoire de la position du Tiers. » (Dictionnaire de l’argumentation)

Le tiers pour Plantin (1996, 2016) prend en charge la question qui émane de la rencontre de  deux discours en opposition. On pourrait dire qu’il la formule et qu’il la porte. 

Je vois là une conception qui peut se révéler très précieuse aussi dans le domaine plus général de l’interaction (argumentative ou conflictuelle ou non) : le tiers, troisième instance, porte le doute, la question ; le différend, qui structure la situation argumentative et qui construit les deux positions de proposant et d’opposant, s’atténue dans les situations générales, pour devenir de la différence, des dissimilarités, des spécificités, sur lesquelles roule toujours toute interaction comme activité.

Pair. Définition du portail lexical de l’ATILF : « 1. Personne de même situation sociale, de même titre, de même fonction qu’une autre personne. »

Le pair est semblable, similaire. En reprenant la terminologie de Watzlawick (1967),  on peut le voir comme apte à établir des relations symétriques, qui se caractérisent par l’égalité  et  la  minimisation de la différence (par opposition aux interactions complémentaires fondées sur la maximalisation de la différence). On pourrait dire aussi qu’il est apte à atténuer l’asymétrie dans les relations.

Les conceptions du pair, telles qu’elles apparaissent dans les réflexions présentées dans Rhizome 75 autour de la figure du “pair-aidant” en santé mentale montrent la complexité et les fréquentes contradictions autour de la notion de pair. Ainsi par exemple,  Laval et Gardien (2020, p.188) soulignent les différences entre le pair, dont l’intervention « s’efforce de soutenir leurs pairs dans un effort de discerner les tenants et aboutissants des situations et épreuves qu’ils traversent, et donc de renouveler leurs façons de faire face » et le médiateur qu’ils décrivent comme « un passeur, un diplomate, un traducteur, soit un tiers entre deux parties ». Les choses semblent claires et les fonctions bien différenciées, mais ils soulignent aussitôt « Accompagner ses pairs n’est pas une activité de médiation, pourtant ils sont appelés “médiateurs de santé-pairs”… ». 

Laëtitia Schweitzer, dans le même numéro de Rhizome, décrit le pair ainsi (p.59) :

« Les travailleurs pairs maîtrisent, par exemple, un bilinguisme qui fait d’eux des « passeurs » entre les uns et les autres : ils disent souvent traduire la langue de l’institution pour la rendre intelligible aux publics, et se présentent comme des « interprètes » ou des « traducteurs » occupant une position qui permet à deux parties de se comprendre. »

On se retrouve donc du côté du médiateur, du tiers (tel que défini précédemment). Force est de constater à partir de là qu’il en est des pairs et des tiers, comme de la médiation et des médiateurs, notions utilisées dans différents champs, dans des modèles variés, qui sont plus ou moins fixées dans différents cadres institutionnels qui chacun en modèle aussi la compréhension. Au total, autre que d’inventorier les conceptions et les usages – exercice toujours instructif –, on est amené à se forger, à toute fin pratique, des définitions à partir desquelles s’aventurer dans l’analyse des pratiques.

Points de départs pour réfléchir au pair / au tiers dans l’interaction

Faire le pair serait intervenir au nom de, en tant que personne qui possède / revendique / dispose d’une expérience partagée avec la ou les personnes avec qui elle interagit (cf. Laval et Gardien, qui parlent des pairs en disant qu’ils « utilisent leur expérience personnelle, leurs savoirs expérientiels, ou simplement le fait d’avoir vécu des situations similaires pour accompagner l’autre, à sa demande, vers l’élaboration de solutions propres à des problèmes autodéfinis », p.188). On est là du côté du partage d’expérience, du soutien, du support.  Pour faire le pair dans l’interaction, il suffit de deux participants. Agir, parler comme pair de son interlocuteur, au nom d’une expérience partagée. Dans l’interaction ordinaire, celui qui fait le pair peut toujours s’entendre rétorquer qu’il croit ou prétend partager l’expérience, mais qu’il n’en est rien, que c’est d’autres choses qu’il a vécues et qu’il ne peut pas comprendre.

Faire le tiers implique au contraire trois instances, deux entre lesquelles une troisième intervient, pour traduire, pour expliquer, vulgariser, temporiser, apaiser. Un tiers n’est pas une des parties prenantes, c’est en quoi il est porteur du doute, de la question (cf. Plantin), il apporte un autre regard, une autre voix. Sa posture peut s’interroger en ces termes : est-il toujours en dehors ? Est-il oscillant, tiraillé, entre la position extérieure et une position qui serait alignée, affiliée, coalisée ? Dans l’interaction ordinaire, celui qui fait le tiers peut toujours s’entendre rétorquer qu’il ne l’est pas, qu’il est partie prenante.

Dernier point que la description de “faire le/a pair(e)”, “faire le/a tiers” dans l’interaction conduit à questionner est la nécessité que soit construit un accord entre les participants pour mettre en place (au sens de performer) les identités interactionnelles relationnelles de tiers, de pair.  

Références bibliographiques

Laval C., Gardien E. (2020). Accompagner ses pairs n’est pas une activité de médiation, pourtant ils sont appelés « médiateurs de santé-pairs »…Rhizome 75-76, 184-192.

Plantin Ch. (1996). Le trilogue argumentatif. Présentation de modèle, analyse de cas. Langue française 112, 9-30.

Plantin Ch. (2016). Dictionnaire de l’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation, Lyon : ENS Éditions.

Schweitzer L. (2020). « On est des (ex-) quelque chose »… De la mobilisation des savoirs expérientiels dans le travail pair. Rhizome 75-76, 56-66.

Watzlawick P., Helmick J., Jackson Don D. (1967). Une logique de la communication. Paris : Seuil.

Citer ce billet : Véronique Traverso « “Faire la tiers”, “faire la paire” dans l’interaction (1) : notes et repères », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 18 mai 2020  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/219.

Premières notes sur l’utilisation de Google Translate dans les consultations médicales

Vanessa Piccoli (ICAR/ENS de Lyon)

Je mène actuellement une recherche sur le recours aux outils numériques dans les consultations médicales avec patients migrants. Notamment, je m’intéresse au rôle que ces ressources jouent dans l’accomplissement de l’intercompréhension. 

Pour cela, je me base sur un corpus vidéo-enregistré de 21 interactions entre un médecin généraliste et un ou plusieurs demandeurs d’asile. La plupart des patients sont peu compétents en français. Dans certains cas, un membre de la famille ou un proche fait l’interprète ; dans d’autres cas, les interactions se déroulent en anglais ou dans d’autres langues connues par les soignants. Souvent la communication progresse grâce à du « débrouillage » : les participants font des gestes, mélangent plusieurs langues et, dans certains cas, utilisent l’ordinateur du soignant. En revanche, jamais dans ces données les participants ne recourent à un smartphone.

Google Translate est utilisé par un seul des 4 médecins que nous avons filmés, dans 3 interactions sur les 5 enregistrées. C’est toujours le soignant qui lance l’initiative d’utiliser l’ordinateur, dans un moment où la communication est difficile. Une fois que le logiciel a été mobilisé une première fois, les patients aussi prennent l’initiative de s’en servir à d’autres moments de la consultation. Ainsi, quand ils rencontrent une difficulté d’expression, ils demandent de l’utiliser – verbalement ou dans certains cas de manière incarnée, juste en s’orientant vers l’écran. En ce sens, Google translate se transforme en une ressource disponible pour tout le reste de l’interaction (même si la fenêtre n’est plus affichée sur l’écran).

Dans la plupart des cas, le recours à Google Translate facilite l’intercompréhension, mais il ne fonctionne pas tout seul. Après avoir lu la traduction sur l’écran, le soignant peut par exemple demander confirmation de sa compréhension en faisant des gestes et, en réponse, le patient peut montrer une partie de son corps. Ou encore, le soignant peut recourir à une recherche sur Google Images pour préciser ce qui est resté flou dans la traduction.

Dans certains cas, le recours à Google Translate ne marche pas. Voici un exemple : Une jeune femme albanaise, qui fait l’interprète pour son frère, cherche à expliquer au médecin que ce dernier a eu un polype. Elle utilise pour cela l’expression idiomatique albanaise « mish te huaj », « chair étrangère ». La traduction proposée par Google étant littérale, elle provoque une réaction de perplexité chez le médecin et de la frustration chez la jeune femme. 

Dans cette phase initiale d’observation, une question en particulier me taraude : pourquoi ce généraliste préfère utiliser les services de Google plutôt que d’autres ressources numériques développées spécifiquement pour la communication médicale avec les migrants – alors que la recherche a montré que ces dernières sont plus adaptées et  plus efficaces (Panayiotou et al. 2019) ? Je pense notamment à TraducMed, accessible en ligne gratuitement depuis 2005, ou au plus récent Refugeye, les deux développés en France. Est-ce qu’il s’agit d’un manque d’information sur l’existence de ces outils ou tout simplement recourir à Google est plus rassurant, plus immédiat ? 

Références

Panayiotou A, Gardner A, Williams S, Zucchi E, Mascitti-Meuter M, Goh AM, You E, Chong TW, Logiudice D, Lin X, Haralambous B, Batchelor F (2019), Language Translation Apps in Health Care Settings: Expert Opinion JMIR Mhealth Uhealth 7(4):e11316

Citer ce billet : Vanessa Piccoli, « Premières notes sur l’utilisation de Google Translate dans les consultations médicales », in Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 20 avril 2020  [En ligne]https://tiasamn.hypotheses.org/214.

Cahiers de Rhizome n°75-76 – Pair-aidance, interprétariat et médiations

Le dernier numéro des Cahiers de Rhizome (revue interdisciplinaire et gratuite consacrée aux problématiques à l’interstice des champs de la santé mentale et de la précarité, éditée par l’Orspere-Samdarra) porte sur la pair-aidance, l’interprétariat et les activités de médiations.

A l’heure où se développe la pair-aidance dans le soin et alors que le recours aux interprètes devient de plus en plus systématique pour les personnes allophones,  ce numéro complet de 202 pages et de 20 articles s’inscrit pleinement dans l’actualité et interroge les statuts, les formations et les activités des pair-aidants, interprètes, médiateurs ou facilitateurs.  Ce numéro de Rhizome documente des pratiques de la santé mentale ou de l’intervention sociale, ou des tiers de différents types interviennent.

Vous pouvez consulter et télécharger gratuitement le numéro ici.

JE « L’interprétariat dans la santé : études linguistiques de terrain et activités de formation » à Lausanne

 La thématique de la journée d’étude

On assiste, depuis quelques années, à une implication croissante de spécialistes des sciences du langage dans l’étude de l’interprétariat dans la santé. Leurs recherches ont souvent une orientation appliquée et se situent inévitablement à l’interface avec d’autres disciplines (médecine, psychologie, sciences infirmières, sociologie). Pour ces chercheurs, un moment délicat réside souvent dans la traduction de leurs activités scientifiques en activités pédagogiques adressées aux professionnels les plus directement concernés : les cliniciens et les interprètes. Quels résultats présenter dans les cours et comment utiliser les données discursives recueillies ? Quels éléments théoriques sont utiles pour les participants, quels autres contre-productifs ? Peut-on intervenir seul ou faut-il le concours d’autres enseignants, voire de professionnels du terrain ? Dans quelles cadres donner les cours (cursus existants, offres crées ad hoc, etc.) ? La journée d’étude internationale organisée à Lausanne vise l’échange d’expériences, d’idées et de réflexions de divers scientifiques de ce domaine très pointu.

Le programme de la journée est disponible ici.

Les interventions de l’équipe TIASAMN

Anna Claudia Ticca, Risques et atouts de l’approche interactionniste dans la formation d’interprètes 

Vanessa Piccoli, ODIMEDI : un outil numérique pour la formation des interprètes et des intervenants en santé

ANNULÉ – Journées « Des médiations en pratique : interprètes, pair-aidants, médiateurs… »

L’équipe du projet REMILAS est au regret de vous annoncer l’annulation des journées d’étude.

Le laboratoire ICAR et l’ORSPERE-SAMDARRA organisent deux journées d’étude, qui clôturent la recherche ANR Remilas et ouvrent de nouvelles perspectives d’enquêtes et d’échanges sur la place et le rôle des « tiers » et/ou des « pairs » dans les domaines de la santé de l’intervention sociale ou dans les groupes.

Le jeudi 26 mars 2020, la journée d’étude, organisée par l’Orspere-Samdarra, aura lieu à l’Amphithéâtre Mérieux à l’ENS Lyon. 

Inscriptions (gratuites mais obligatoires)

Le vendredi 27 mars 2020, la journée d’étude, organisée par les chercheurs du laboratoire Icar, aura lieu dans l’Amphithéâtre 416 du Centre hopitalier Le Vinatier, de 9h à 17h. 

Inscriptions (gratuites mais obligatoires)