Les pratiques inclusives. Enquête auprès d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (2) : Entre “pairs” et “tiers”

Aziliz Le Callonnec

Le GEM, un lieu construit entre « pairs »

Le GEM Envol et Cie fait tout pour être ouvert sur l’extérieur et ne pas rester dans de l’entre-soi. Cet espace, au sein duquel on peut parler et échanger autour de ses troubles psychiques, vise à soutenir et à faciliter l’inclusion dans d’autres espaces sociaux ; nous avons pu l’illustrer à travers leur participation au projet de l’Autre Soie.

Mais, l’entre-soi peut être aussi bénéfique pour les adhérents. Le GEM apparaît en effet comme un espace au sein duquel l’adhérent peut se redéfinir de manière positive. Il est un espace de banalisation des troubles, de « mise entre parenthèses de la maladie » (Troisoeufs, 2009). Pourquoi ? Parce que l’expérience de la « maladie » est partagée par tous, elle est donc « normale » et n’est plus stigmatisante. Comme l’indique Aurélien Troisoeufs, « le fait que les adhérents se reconnaissent égaux du point de vue de leur expérience des troubles psychiques, normalise, banalise, ce qui, en dehors de ces relations, est considéré comme des expériences différentes des normalités partagées par la société » et « entre pairs, la performativité se fonde sur une reconnaissance mutuelle d’être malade, annulant ainsi le sentiment de l’être » (2020). Le GEM permet de vivre par-delà le trouble. La plupart des adhérents partagent une expérience commune des troubles psychiques, de l’isolement, de la solitude et de ce que cela engendre. C’est ce qui les rapproche, ce qui fait d’eux des pairs. Ils n’ont pas à proprement parler les mêmes expériences, ne sont pas identiques et n’ont pas les mêmes vies mais, se reconnaissent comme membres d’une même « communauté d’expérience» (Gardien, 2017). Comme l’explique E. Gardien, « la reconnaissance du pair se fonde ainsi sur une dynamique de comparaison avec autrui. Ce processus distingue deux catégories d’individu : les pairs et les autres. Le pair est le même, au sens où son pair lui attribue spontanément des expériences comparables et se reconnait pour cette raison en lui. Le pair est donc reconnaissable au fait qu’il est un possible support d’identification, et ce dans un mouvement corollaire de distanciation avec d’autres, autrement dit ceux ne vivant pas les situations particulières » (Gardien, 2017).

En plus de cette banalisation du trouble, de cette « mise en parenthèses de la maladie » (Troisoeufs, 2020), cette appartenance commune permet la création d’une forme de solidarité, d’entraide. Les adhérents participent, en tant que « pairs », à une forme de soutien, d’entraide. Ils se soucient les uns des autres, prennent soin les uns des autres.

L’autre ayant vécu une expérience similaire, il apparaît comme un interlocuteur privilégié pour échanger autour de sa propre expérience, pour trouver du réconfort et du soutien. Il apparaît comme une personne en mesure de comprendre ce que l’adhérent vit, une personne de confiance qui ne va pas le juger parce qu’il a lui-même vécu ces épreuves, parce qu’il vit possiblement les mêmes situations et, à qui il pourra donc se confier, une personne auprès de laquelle il pourra également bénéficier de conseils qui sembleront pertinents à ses yeux du fait de la proximité expérientielle qui les lie.

Lorsque l’on devient adhérent d’un GEM, on appartient à un groupe et on peut ressentir que l’on compte pour autrui : les autres se préoccupent de nous, de ce qui nous arrive (Painter, 2019). C’est comme appartenir à une « deuxième famille » (extrait d’entretien – C., 42 ans, adhérent depuis 9 ans). Cette « solidarité familiale » a été visible durant le confinement : ils ont pris des nouvelles les uns des autres, se sont soutenus, ont gardés contact par téléphone, se sont préoccupés de l’état de santé des autres. S’est constituée une vraie relation de « care », au sens d’une attention portée à autrui, de souci des autres (Paperman, Laugier, 2011) et de ce qui pouvait leur arriver1, qui était déjà présente au GEM mais sous une forme beaucoup moins visible, plus implicite. Comme dans toute famille, l’entraide se fait assez naturellement et de manière tout à fait informelle. Elle est spontanée et peut se voir à travers l’attention portée à autrui. Les adhérents font l’objet d’une « veille sociale » attentive (Painter, 2019) vis-à-vis de leur état de santé, de la part des professionnels du GEM mais également et surtout de la part des autres adhérents. En tant que pairs, ils connaissent ce que peut vivre la personne et repèrent rapidement les signes qui pourraient faire penser qu’elle ne semble pas aller bien, les signes avant-coureurs d’une éventuelle crise à venir. Ils peuvent ainsi prévenir et alerter la personne concernée. C’est notamment ce qu’a pu m’indiquer un des adhérents lors de son entretien. Il a pu m’expliquer qu’il faisait attention aux autres et qu’il se permettait de leur dire de faire attention à certains moments lorsqu’il observait que la personne commençait à aller mal :

– Et du coup, vous le GEM, vous diriez qu’il vous apporte quoi ?

– Un soutien moral parce qu’on est pas tout seul dans la maladie. Et de voir du monde, qu’on est tous touchés plus ou moins suivant son cas, ça nous apporte un épaulement où on a tous nos faiblesses, nos signes-là. On discute entre nous, on se voit et ça nous permet de nous adapter un peu mieux dans notre maladie et un peu mieux dans le résultat de la guérison de la maladie quoi.

– Du coup vous diriez que c’est important cette idée que vous êtes vraiment avec des personnes qui ont aussi un trouble psychique et qui connaissent la maladie ?

– Oui, voilà. Qui connaissent la maladie parce que ils peuvent nous prévenir. Quand on connaît bien la maladie, quand on se connaît bien ou quand on connaît bien un peu les maladies, on peut dire attention, « fait attention là t’as quelque chose qui va pas, va voir ton docteur ». Se le dire entre nous ou autrement, si ça va trop loin, le dire au référent du GEM et il l’aiguille quoi, il lui propose d’aller voir son docteur tout ça, pour essayer de le recadrer quoi. Parce que des fois qu’un tout petit cachet de rien vous remet en super condition. (…) moi je suis passé par plusieurs étapes qui ont été successives, qui ont évoluées dans le temps. Et puis, avec mes médicaments, mes traitements, au début y a rien qui m’allait et après, ils m’ont trouvé un truc qui m’allait et qui a commencé à me calmer. Et après, j’ai vu l’évolution, j’ai appris tout ça. Après quand j’étais à un certain niveau, on m’a appris ma maladie bien comme il faut. C’est pour ça que j’ai bien vu l’évolution. Alors je me rend mieux compte. Alors maintenant, je suis un peu plus apte à dire à untel bah « méfie toi de ça » ou « méfie toi de ça », « va voir ton médecin » et tout. On me dit que je suis aidant comme je me comporte. Bon bah c’est tout, je suis comme je suis puis c’est tout. Moi je cherche pas à dire « je vais te prescrire un médicament » et tout, c’est pas mon rôle. Bon on me dit je suis aidant, bah je suis aidant et puis c’est tout. 

(E15, adhérent depuis 3 ans au GEM)

Il connaît la maladie, ses effets, a appris à les repérer. Il a acquis un certain savoir expérientiel qu’il met à profit des autres, pour alerter les autres en fonction des signes qu’il perçoit. Les adhérents font « inclusion » à travers cette attention portée à autrui. Ce « faire inclusion » est dépendant des adhérents, des relations et interactions qui existent au sein du GEM entre eux et qui peuvent correspondre à une forme de prendre soin, de pair-aidance. 

Les animateurs, ces « tiers » facilitant l’inclusion

Le GEM est un espace construit par et pour ses adhérents, un espace de participation sociale, de gouvernance, « auto-géré » (Peintre et al., 2017). Pour autant, le GEM n’est pas uniquement le résultat d’un travail de construction entre « pairs ». Il suppose également la présence d’un « tiers » (Traverso, 2020). Le GEM ne pourrait exister, en effet, sans la présence des « tiers facilitateurs » (Virgos et al., 2018) que sont les animateurs. Ils ont une fonction de médiation.

Les animateurs sont en quelque sorte les garants du cadre bienveillant du GEM. Il apparaît nécessaire, aux yeux de l’équipe de ce GEM du moins, de cadrer ce qui se passe, de créer un cadre qui soit sécurisant pour la personne et qui puisse faire de ce lieu associatif, un véritable espace « thérapeutique »2 (Bell et al., 2018 ; Winchester, McGrath, 2017, Painter, 2019), que l’adhérent puisse s’y sentir bien, que ce lieu participe à son bien-être et ainsi, à une forme de soin. Ce terme de « cadre », renvoie pour l’équipe d’animation, non pas à l’idée de cadre au sens goffmanien du terme (Goffman, 1991) mais davantage à une conception thérapeutique, en lien avec la psychothérapie. Ce terme de cadre renvoie à celui de cadre de soin, de cadre thérapeutique, avec l’idée sous-jacente que le cadre construit par l’institution, par les soignants, a lui-même un effet bénéfique pour la personne (Martin, 2001).

En tant que médiateur, l’animateur est là pour fluidifier et réguler les relations sociales, pour faire du lien (Peintre et al., 2017). Il permet la rencontre entre adhérents, est là pour que celle-ci se fasse dans de bonnes conditions et, fait, pour cela, appel à deux formes de médiation : la médiation préventive et curative (Guillaume-Hofnung, 2015). Le GEM est un lieu de vie au sein duquel, comme tout autre espace social, des tensions et des conflits peuvent survenir. L’équipe d’animation est alors présente pour les temporiser.

Cette fonction de médiation dans l’animation transparaît également dans un autre registre, à travers le travail réalisé autour de la création et de la perpétuation du lien social. Le médiateur n’est pas qu’un simple négociateur (Darbellay, Roduit, 2018 ; Chouinard et al., 2009). Le GEM vise à inclure les individus dans et à la société à travers sa fonction de « métier à tisser des liens » (Fiacre et al., 2017). Les animateurs, en tant que médiateurs, sont là pour justement rattacher les adhérents à la société, la médiation consistant en une « action (…) destinée soit à faire naître ou renaître (…) des relations nouvelles, soit à prévenir ou guérir (…) des relations perturbées » (Six, 1990). La médiation est ici appréhendée en tant que médiation créatrice et rénovatrice, visant respectivement à faire naître ou renaître un lien (Guillaume-Hofnung, 2015).

Les animateurs sont là pour favoriser les échanges entre adhérents, notamment lors des temps d’accueil, et pour créer du lien avec l’extérieur. Tout ce travail de médiation de l’animateur vise donc à « créer des occasions » (Freynet, 2000 ; Chouinard et al., 2009), des temps de rencontre, à ouvrir et investir de nouveaux espaces au sein desquels les adhérents seront reconnus pour leurs capacités et potentialités et non plus à travers leurs manques ou leur trouble.

Références bibliographiques

Bell, S. L., Foley, R., Houghton, F., Maddrell, A., & Williams, A. M. (2018). From therapeutic landscapes to healthy spaces, places and practices: A scoping review. Social science & medicine (1982), 196, 123–130.

Chouinard, I., Couturier, Y., Lenoir, Y. (2009). Pratique de médiation ou pratique médiatrice ? La médiation comme cadre d’analyse de la pratique professionnelle des travailleurs sociaux, Nouvelles pratiques sociales, 21(2), 31-45.

Darbellay, K., Roduit, S. (2018). L’animateur-médiateur, quelles réalités ? De la formation à son implémentation dans des actions hors murs dans le contexte suisse in Greffier , L., Montero, S., Tozzi, P. (dir.) L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ? (pp.37-55), Bordeaux : Carrières sociales Éditions, coll. « Des paroles et des actes ».

Fiacre, P., Perrot-Dessaux, C., Demoustier, S., Prieto, J., Raharijaona, M. (2017). Entre vulnérabilité et autonomie. Etude sur les groupes d’entraide mutuelle de la région Centre – Val de Loire, CREAI du Centre – Val de Loire, étude réalisée à la demande de l’ARS Centre – Val de Loire.

Freynet, M-F. (2000). La médiation, nouvelle technique, nouveau métier ? La médiation, un enjeu pour la refondation du travail social, Revue française de service social, (198), 98-103.

Gardien, E. (2017). L’accompagnement et le soutien par les pairs, Grenoble : PUG, coll. « Handicap, vieillissement, société ».

Goffman, E. (1991). Les Cadres de l’Expérience, Paris : Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Gueydan, G. (2017). Les GEM, groupes d’entraide mutuelle, Les cahiers pédagogiques de la CNSA, mai 2017, consulté le 20 octobre 2019. Disponible sur : https://www.cnsa.fr/documentation/cahierpedagogique_gem.pdf.

Guillaume-Hofnung, M. (2015). La médiation, Paris : Presses universitaires de France.

Laugier, S. (2010). Le care : éthique, genre et société, conférence donnée à l’université Victor Segalen Bordeaux 2 dans le cadre du cycle de conférences « L’invité du mercredi » sur le thème « Santés, médecines, sociétés ».

Martin, M. (2001). Le cadre thérapeutique à l’épreuve de la réalité: (Du cadre analytique au pacte). Cahiers de psychologie clinique, 17(2), 103-120.

Painter, S. (2019). L’inclusion dans la ville des personnes en fragilité psychique vieillissantes. Une étude qualitative des espaces de vie d’adhérents d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM) d’une petite ville française, Thèse de géographie sociale, Rennes : Université Rennes 2.

Paperman, P., Laugier, S. (2011). Le souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques ».

Peintre, C. (et al.) (2017). Évaluation qualitative des effets produits par les GEM sur les situations de vie de leurs adhérents, Rapport, ANCREAI.

Six, J-F. (1990). Le temps des médiateurs, Paris : Éditions du Seuil.

Traverso, V. (2020). « Faire la tiers », « faire la paire » dans l’interaction (1) : notes et repères, Hypotheses.org [en ligne], Projet TIASAMN (carnet de recherche), mis en ligne le 18 mai 2020, consulté le 12 août 2020. Disponible sur :https://tiasamn.hypotheses.org/219.

Troisoeufs, A. (2009). La personne intermédiaire, Terrain [en ligne], 52(1), mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 15 novembre 2019. Disponible sur : https://journals.openedition.org/terrain/13593.

Troisoeufs, A. (2020). « Jouer aux normaux entre malades ». Expériences des troubles psychiques et normalités négociées dans les groupes d’entraide mutuelle, Anthropologie & Santé [en ligne], mis en ligne le 30 avril 2020, consulté le 19 septembre 2020. Disponible sur : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/6101.

Virgos,J., Dansac, C., Vachée, C. (2018). Créer du lien pour émanciper, quand la fonction de facilitation devient un marqueur identitaire pour les animateurs in Greffier L., Montero S., Tozzi P.  (dir.) L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ? (pp.121-138), Bordeaux : Carrières sociales Éditions, coll. « Des paroles et des actes ».

Winchester, M., McGrath, J. (2017). Therapeutic landscapes: Anthropological perspectives on health and place. Medicine Anthropology Theory. 4.


1 Comme l’explique Laugier au cours d’une conférence à l’université de Bordeaux (2010), il existe plusieurs dimensions du care. Le care, c’est à la fois s’occuper d’autrui, pourvoir à ses besoins mais c’est aussi le care about, c’est-à-dire se sentir concerner par autrui, se soucier d’autrui (Paperman, Laugier, 2011). C’est à la fois une activité et une attitude, une attention portée à autrui. Le relation de care peut se traduire par cette idée d’attention (Laugier, 2010).

2 Bell et al. (2018) parlent de « therapeutic lanscape », de « paysage thérapeutique ».

Citer ce billet : Aziliz Le Callonec « Les pratiques inclusives. Enquête auprès d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (1) : Vivre l’espace commun », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 20 octobre 2020  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/313.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search