Les pratiques inclusives. Enquête auprès d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (1) : Vivre l’espace commun

Aziliz Le Callonnec

J’ai mené, dans le cadre de ma mission de stage au sein de l’Orspere-Samdarra, une recherche sociologique sur les « pratiques inclusives » d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM)1, le GEM Envol et Cie2. Dans le cadre de ce travail, qui s’inscrit dans le projet TIASAMN, je me suis intéressée notamment aux relations et interactions qui existent et qui sont créées à partir de cet espace associatif « atypique » ; aux relations qu’ont les adhérents entre eux mais également, à celles qu’ils ont avec l’équipe d’animation. A ce titre, le GEM apparaît, à mon sens, comme un espace d’entraide mutuelle entre « pairs » dont le bon fonctionnement est garanti par le maintien d’un cadre bienveillant et sécurisant par des « tiers » jouant le rôle de médiateurs et de facilitateurs au quotidien. Je me baserai dans ce qui suit, pour illustrer mes propos, sur le travail de terrain que j’ai mené au GEM de février à juillet 2020, sur les multiples données recueillies et sur les premiers résultats issus de cette enquête (Le Callonnec, 2020).

 Figure 1. Présentation de l’espace partagé – Source : enquête de terrain, 2020

L’une des spécificités du GEM Envol et Cie est d’être une association parmi d’autres. Le GEM partage en effet ses locaux avec d’autres associations, d’autres structures. Il participe à un processus d’occupation temporaire depuis 2018 : l’Autre Soie sur la métropole de Lyon. Vingt-deux structures prennent part à cette expérience – dont le GEM – et font vivre au quotidien cet espace qui se veut « inclusif ». L’Autre Soie est pensé avant tout comme un lieu de rencontre entre différents acteurs, qui sont amenés à se fréquenter dans divers espaces communs à l’usage de tous (cuisine, jardin, rotonde,…) (Fig.1).

Avoir ainsi des espaces en commun avec d’autres permet au GEM de répondre à l’une de ses missions principales, qui est l’ouverture sur l’extérieur. C’est une volonté très forte de ce GEM en particulier.

Les adhérents côtoient quotidiennement les autres « usagers » du lieu. Au sein de cet espace partagé, ils rencontrent de nouvelles personnes extérieures au GEM et, plus largement, au « monde » de la psychiatrie, du handicap et de l’action sociale. Ils ne sont pas uniquement entre « pairs », dans une forme d’entre-soi, mais sont nécessairement amenés à côtoyer l’autre, ne serait-ce qu’en étant simplement mis en présence d’autrui. Cette simple mise en présence – cette intégration physique (Söder, 1980) des adhérents au sein de l’espace partagé – me semble être une première forme d’inclusion ou, du moins, la première étape, nécessaire, d’un processus tendant vers l’inclusion. En effet, il n’y a plus de frontière physique séparant les adhérents du reste de la société ; ils sont en présence d’autrui, dans un espace mixte, et non dans un espace spécifique leur étant uniquement dédié. Les adhérents, pour venir au GEM, sont amenés à traverser les espaces communs de l’Autre Soie (Fig. 1) et, nécessairement, à côtoyer autrui, à être en sa présence, même si ce côtoiement n’implique pas nécessairement d’échanges particuliers mais une forme d’« inattention polie » (Goffman, 1973, 2013 ; Nizet, Rigaux, 2014), de sociabilité minimale. Ils sont « parmi les autres », « admis parmi les autres » (Gremion & Paratte, 2009).

Les adhérents sont présents dans l’ensemble des espaces communs et les investissent. Ils sont à la fois usagers du GEM et usagers de l’espace partagé et, à ce titre, peuvent utiliser les deux comme ressources, comme un « havre de paix » (Pinfold, 2000) ou une « oasis » (Philo, Parr, Burns, 2005).

Ils peuvent aussi participer aux activités et ateliers proposés par les autres occupants. Ils sont plusieurs à le faire et n’y vont pas en tant qu’adhérents du GEM, en tant que personnes ayant ou ayant vécu avec des troubles psychiques : aucune différence n’est faite entre eux et les autres personnes qui participent aux ateliers Ils sont « différents comme les autres » (Gremion & Paratte, 2009). C’est d’ailleurs ce qu’a pu me dire l’une des adhérentes, qui participe à beaucoup d’ateliers proposés par l’Autre Soie :

« Et, par exemple, est-ce que c’est le cas dans d’autres espaces que tu fréquentes ?

– Quand je vais aux [activités de l’espace partagé], oui. Mais [eux] c’est des gens normaux.

– Et tu trouves du coup que c’est différent ?

– Ouais. Ils connaissent pas ma maladie (…). Ils savent pas que je suis malade psychique (…). Ils le savent pas.

– Donc, du coup, ils te regardent « normalement » en quelque sorte ? Ils te regardent comme au GEM ?

– Voilà ! 

(E3, adhérente depuis 12 ans au GEM )

Pour autant, il est intéressant de remarquer que les relations qu’ont les adhérents avec les autres usagers de cet espace, de ce lieu du commun, ne sont pas les mêmes que celles qu’ils peuvent avoir entre adhérents au sein du GEM. L’extrait d’entretien ci-dessus l’illustre d’ailleurs très bien (voir supra).

Les relations existantes avec les autres occupants de l’Autre Soie ne se fondent pas sur le trouble. Ils « ne connaissent pas [sa] maladie » : l’expérience des troubles psychiques, cet aspect de la personne, n’est pas connu ou, du moins, pas mis en avant. Les adhérents contrôlent donc les informations potentiellement discréditables les concernant et peuvent choisir de les révéler ou de les dissimuler, en ayant recours à des « faux semblants » (Goffman, 1975), à des stratégies et subterfuges divers et variés (Calvez, 1994). Ils peuvent donc exister avec d’autres dimensions de leur identité et de leur expérience. Ils sont autre chose que des personnes « ayant des troubles psychiques » et la participation aux activités proposées dans cet espace commun, mais également les divers échanges qu’ils peuvent avoir avec les autres occupants et usagers du lieu, leur permettent de ne plus être cantonnés à cette unique facette identitaire.

C’est également le cas au GEM mais dans une autre mesure. Cette dimension de la personne est connue de tous. Le GEM est un lieu construit autour de cette expérience commune, dédié initialement aux personnes ayant des « fragilités » psychiques. La maladie fait donc partie de la condition commune, est une expérience sociale partagée par tous, ou par la grande majorité des adhérents. L’expérience de la maladie devient, en ce sens, une expérience parmi d’autres, « banale ».

Références bibliographiques

Calvez, M. (1994). L’institution totale, gestionnaire de biographies. L’entrée de déficients mentaux dans le milieu ordinaire, Politix, 27(7), 143-158.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 2 : Les relations en public, Paris : Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Goffman, E. (1975). Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris : Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Goffman, E.  (2013). Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris : Economica, coll. « Études sociologiques ».

Gremion, L., Paratte, M. (2009). Intégration scolaire, de quoi parle-t-on au juste ? Une étude de cas dans un collège secondaire, Formation et pratiques d’enseignement en questions, (9), 159-176.

Gueydan, G. (2017). Les GEM, groupes d’entraide mutuelle, Les cahiers pédagogiques de la CNSA, mai 2017, consulté le 20 octobre 2019. Disponible sur : https://www.cnsa.fr/documentation/cahierpedagogique_gem.pdf.

Le Callonec, A. (2020). Les paradoxes de l’inclusion. Enquête sur les pratiques inclusives d’un groupe d’entraide mutuelle, mémoire réalisé dans le cadre du Master « Situation de handicap et participation sociale », Rennes : EHESP.

Nizet., J., Rigaux, N. (2014). La sociologie d’Erving Goffman, Paris : La Découverte.

Philo, C., Parr, H., Burns, N. (2005). An oasis for us : « in between » spaces of training for people with mental health problems in the Scottish Highlands, Geoforum, 36(6), 778-791.

Pinfold , V. (2000). « Building up safe havens…all around the world »: User’s experiences of living in the community with mental health problems. Health & place. 6(3). 201-212.

Söder, M. (1980). School integration of mentally retarded— analysis of concepts, research and research needs. in NBE (National Swedish Board of Education), Research and development concerning integration of handicapped pupils into the ordinary school system (pp. 1-30). Stockholm : NBE.


1 Crées suite à la promulgation de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la citoyenneté et la participation des personnes handicapées, les GEM sont des dispositifs de compensation du handicap (CNSA, 2017), des structures associatives visant à la fois la « réinsertion » (sociale, professionnelle et citoyenne), le développement du lien social ainsi qu’une meilleure participation sociale des personnes présentant des troubles similaires (majoritairement des troubles psychiques), via l’émergence d’un espace neutre leur permettant de discuter, de se soutenir,de s’entraider mutuellement.

2 L’enquête s’est déroulée au sein du GEM « Envol et Cie » qui est situé à Villeurbanne, dans l’agglomération lyonnaise. C’est une association parrainée par le Centre Hospitalier Le Vinatier, qui est totalement auto-gérée par les adhérents1 et qui existe sous sa forme de GEM depuis 2007.

Citer ce billet : Aziliz Le Callonec « Les pratiques inclusives. Enquête auprès d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (1) : Vivre l’espace commun », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 20 octobre 2020  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/300.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search