“So just please tell him the truth” : Le tiers/pair-interprète dans la résolution des problèmes de communication

Anna Claudia Ticca

Les recherches en sciences du langage, parmi d’autres disciplines, ont dédié de nombreuses études à l’activité des interprètes dits communautaires ou sociaux (voir par exemple les travaux de l’équipe REMILAS). Dans ce billet, je propose l’observation d’un cas qui a attiré mon attention pour l’efficacité de l’action résolutive de l’interprète lors d’un moment d’impasse dans une consultation en santé. Quelques mots sur le contexte de l’interaction aideront à mieux comprendre la situation. 

Il s’agit d’une consultation d’examen médical avec une demandeuse d’asile en France. Elle souhaite faire établir un certificat qui puisse attester de la correspondance entre les violences qu’elle a subies lors de son parcours migratoire et les traces que ces violences ont laissé sur son corps. Dans le cadre de ces visites, les personnes sont amenées à raconter avec précision tout ce qu’elles ont vécu. Le médecin sera alors en mesure de produire de l’information nouvelle, cohérente et précise, corroborant le récit de vie dont la vraisemblance ou véridicité a été mise en question en première instance[1].  

Bien que le médecin parle anglais, la langue utilisée par la patiente, une interprète français-anglais participe à la visite. L’extrait choisi montre le moment où le médecin manifeste sa contrariété vis-à-vis de ce que la patiente vient de dire (lignes 01-06, traduites en français par mes soins).

La communication semble ici être arrivée à un moment d’impasse ; en effet, les énoncés du médecin ne favorisent pas, de manière directe, l’intervention de la patiente, qui, de plus, ne prend pas trop l’initiative lors des échanges précédents. L’énoncé en ligne 3 est en effet une affirmation, un commentaire qui, en soi, ne demande pas une réponse, comme ce serait le cas si le médecin avait posé une question par exemple. En revanche, à la ligne suivante, c’est l’interprète qui intervient, de manière spontanée, sans donc que ni le médecin ni la patiente demandent explicitement son intervention (même si le médecin la regarde en terminant son tour de parole, ligne 06). Elle, nous allons le voir dans la suite, produit deux actions différentes : reformule la parole du médecin tout en apportant du contenu ‘nouveau’ ou original, qui ne représente donc pas une reformulation de ce que le médecin vient de dire (en bleu et en vert respectivement).  

IMG 1

Avec son intervention, l’interprète reformule, en le développant, le tour de parole du médecin et termine son propre tour de parole avec une question. Plus dans le détail, elle :

– Offre une reformulation de ce que le médecin vient de dire (bien qu’il ait parlé en anglais, langue à priori compréhensible par la patiente) (son histoire a changé pour la troisième fois et cela devient difficile pour lui) ; 

– Explique la raison de ce que dit le médecin (il a besoin de savoir exactement ce qui s’est passé pour pouvoir écrire le certificat, puisque la patiente a subi des violences et si elle change de version il ne pourra pas donner du sens à son histoire) ; 

– Encourage la patiente à répondre aux questions du médecin de la manière souhaitée (« donc s’il vous plaît, dites-lui la vérité »).

Nous voyons ici que l’interprète navigue entre différentes dimensions épistémiques, qui relèvent d’un savoir technique, lié à son métier d’interprète (reformuler la parole de l’autre, en utilisant la même langue[3] pour garantir l’intercompréhension), d’un savoir expérientiel (la connaissance des objectifs de la visite) et d’un savoir interactionnel-communicatif (maintenir active l’interaction en rétablissant l’intersubjectivité entre les participants). 

Comme nous l’avons indiqué, le médecin parle lui-même anglais et peut donc suivre l’intervention de l’interprète. Son regard, ses mouvements de la tête (Im. 1) et son acquiescement (ligne 22) montrent son alignement et son acceptation de l’action de l’interprète. Et c’est suite à cette intervention que la patiente répondra à l’interprète en déclarant qu’elle dit la vérité et en demandant des précisions sur l’objet de l’incompréhension du médecin. Une fois cela éclairci, le médecin obtiendra l’information recherchée et la séquence pourra se clôturer, permettant que l’entretien se développe sur d’autres sujets. 

L’activité de l’interprète que nous venons d’observer pourrait surprendre et même heurter certains interprètes ou praticiens, qui demandent au tiers-interprète d’adopter un comportement adapté à son rôle, tel qu’ils se le représentent (respectant la neutralité, l’impartialité, la fidélité de la parole…). Toutefois, cette analyse invite à considérer un autre aspect lié à l’interprétariat, qui concerne l’apport que les tiers-interprètes peuvent offrir à la résolution des situations communicatives compliquées ou délicates. En effet, dans le cas présenté ici l’intersubjectivité et l’intercompréhension se re-construisent tout au long de la rencontre à travers un nombre de micro ajustements de l’interaction dans l’interaction, auxquels l’interprète participe de manière active.

Le cas analysé permet ainsi de mettre en lumière la manière d’agir de l’interprète, qui ‘fait le pair’ du médecin (voir les billets de V. Traverso sur le ‘pair’ et le ‘tiers’), dans la mesure où elle agit ‘comme le médecin’ afin d’obtenir une information pertinente pour le déroulement de la consultation[4]. Cette superposition de rôles interactionnels et sociales (car ‘faire le médecin’ permet à l’interprète-pair de poser des questions à la patiente et de mettre en circulation son propre savoir), représente elle même une ‘ressource’, mobilisée ad hoc pour des fins locales et situés dans l’interaction. 

Les savoirs expérientiels développés au sein des situations d’interaction avec les personnes en demande d’asile semblent être la condition nécessaire permettant à l’interprète de manifester ces différentes identités interactionnelles de ‘pair’ et de ‘tiers’. Comme le rappelle V. Traverso dans son billet, c’est toujours en accord avec les co-participants que les savoirs et les identités mentionnés ici peuvent se construire et se manifester afin de faire progresser l’interaction et de répondre aux besoins des interlocuteurs.

Références bibliographiques

Ticca Anna Claudia (2017), « Lay interpreters’ activities and identities in medical consultations », Antonini R., Cirillo L., Rossato L., Torresi I. (eds) Non-professional Interpreting and Translation: The State of the Art and Future of an Emerging Field of Research. John Benjamins.

Traverso Véronique (2017), « Formulations, reformulations et traductions dans l’interaction : le cas de consultations médicales avec des migrants », Revue française de linguistique appliquée, 2 (Vol. XXII), p. 147-164. URL : https://www.cairn-int.info/revue-francaise-de-linguistique-appliquee-2017-2-page-147.htm

Traverso Véronique (2020), « “Faire la tiers”, “faire la paire” dans l’interaction (1 et 2) : analyse d’extraits », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 18 mai 2020  [En ligne] https://tiasamn.hypotheses.org/229.


[1] Les personnes qui viennent à ces consultations médicales sont en procédure de recours suite à un premier refus du statut de réfugié demandé à l’OFPRA.

[2] Cette symbole indique que le tour de parole du locuteur courant continue dans la ligne suivante.

[3] La traduction peut être définie en tant que reformulation. Sur les diverses formes de re-formulations dans les interactions plurilingues, voir Traverso 2017.

[4] J’ai discuté ailleurs (Ticca 2017) sur les interprètes ‘pairs’ dans les consultations médicales dans le contexte mexicain. 

Citer ce billet : Anna Claudia Ticca « ‘So just please tell him the truth’ : Le tiers/pair-interprète dans la résolution des problèmes de communication », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 30 septembre 2020  [En ligne],  https://tiasamn.hypotheses.org/283.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search