“Faire la tiers”, “faire la paire” dans l’interaction (2) : analyse d’extraits

Véronique Traverso (IFPO)

Ce billet poursuit la réflexion sur tiers et pairs dans l’interaction, à partir de l’analyse de deux extraits. Ces analyses reposent sur des compréhensions des notions de “pair” et “tiers” arrêtées à toute fin pratique, pour entamer l’analyse des pratiques observées en situation (voir Billet “Faire la tiers”,  “faire la paire” dans l’interaction (1) : notes et repères).

Faire le pair est compris comme intervenir en tant que personne qui possède / revendique / dispose d’une expérience partagée avec la ou les personnes avec qui elle interagit.

Faire le tiers implique nécessairement trois instances, deux entre lesquelles une troisième intervient, pour traduire, pour expliquer, vulgariser, temporiser, apaiser. Le tiers est porteur du doute, il apporte un autre regard, une autre voix. 

Deux extraits

Les extraits ci-dessous proviennent du corpus collecté dans le cadre du projet REMILAS-Liban (Dimensions linguistiques et communicatives dans l’assistance aux réfugiés et personnes déplacées au Liban, IFPO, USJ, ICAR), qui étudie la communication dans les interactions à caractère médico-social, entre les réfugiés/déplacés syriens et les professionnels de santé somatique et mentale au Liban (voir page dédiée). Une partie de ce corpus, celle qui nous intéresse ici, est constituée de Life skills sessions avec des femmes précaires, se tenant dans une ONG au Liban. Ces sessions sont des séries de séances organisées pour offrir un soutien « visant à protéger ou promouvoir le bien-être psychosocial et/ou à prévenir ou traiter un trouble mental », UNHCR, 2013. La séance dont proviennent les extraits porte sur l’hygiène. Elle réunit 12 personnes (8 femmes bénéficiaires, la psychologue, deux formatrices de broderie, et l’observatrice), qui sont installées autour d’une table dans une des salles de formation de l’association.

Le groupe de Life Skills
Extrait 1. Faire la tiers

La séance débute par un tour de table, où chacune doit dire ce qu’est l’hygiène pour elle et formuler ce qu’elle considère comme le plus important dans ce domaine. Le premier extrait se situe au début du tour de table, alors que la participante Maha a été désignée pour parler en premier. Elle commence par vérifier sa compréhension de la question :

Pour simplifier, seule la traduction est reproduite.

La début de l’extrait ne nous intéresse que pour observer que Maha se trouve dans une situation (de personne désignée pour parler) qu’elle manifeste comme inconfortable. Après la confirmation de la psychologue à la ligne 3-5 à sa question, elle marmonne quelque chose ligne 7 en quittant la psychologue des yeux et tournant la tête vers les femmes du groupe, puis, alors que la psychologue répète sa question, elle se recule sur sa chaise, comme si elle se retirait. Elle finit par répondre ligne 10-11, sous la forme d’une définition (la propreté c’est le rangement de la maison, alnaḍafa tartīb ilbēt). Ligne 13, la psychologue – en prenant toutes les précautions d’une réponse non préférée (pause, ralentissement de production de la réponse, répétition, marqueur) – disqualifie la réponse (le rangement n’est pas l’hygiène). 

Jusque-là, l’échange se déroule entre la psychologue et Maha. Même si, de temps à autres, Maha tourne la tête vers les autres membres du groupe, c’est d’elle que des prises de parole sont séquentiellement attendues et, lorsqu’elle se tait, le silence s’installe dans l’interaction. Sa première réponse, traitée comme inappropriée par la psychologue, laisse ouverte l’attente séquentielle posée initialement par la question de la psychologue.

On voit alors intervenir, d’abord Maïssa, qui, ligne 17, produit une marque d’assentiment (“hm”), s’alignant et s’affiliant aux propos de la psychologue. Par cette intervention, elle fait la tiers à l’échange, qui vient s’affilier avec l’un des deux protagonistes (cf. les travaux réunis dans Le Trilogue, Kerbrat-Orecchioni & Plantin, 1995).

Au tour suivant, c’est Mary qui intervient :

Son tour de parole n’exprime pas un accord avec ce que vient de dire la psychologue, mais propose une forme d’explication de “propreté personnelle”. C’est une tiers qui, donnant sa propre formulation du sujet en train d’être questionné, produit une médiation au sein de la séquence question-réponse. Dans ce petit échange, il est intéressant d’observer les regards des participants. Tout le groupe de femmes est focalisé sur Maha depuis que la psychologue lui a attribué le tour. Lorsque Mary prend la parole, elle continue à regarder Maha, à qui elle est en train de s’adresser. Toutefois, à la fin de son tour de parole, après une première partie d’explication puis une pause, dans une expansion (“meʃ ḍarūri lbejt”, pas nécessairement la maison) qu’elle ajoute sur un ton plat, et sur un rythme plus rapide, elle quitte Maha des yeux pour regarder la psychologue. Que fait-elle avec ce regard ? On pourrait peut-être proposer qu’elle cherche l’assentiment de la psychologue, mais je vois plutôt là un procédé pour “faire la tiers” dans l’échange, ne pas se montrer comme l’interlocuteur, mais réouvrir, réorienter, vers le trilogue. Les regards de Maha aussi sont intéressants à  examiner. On a vu que, depuis le début de son tour, elle alterne des regards vers la psychologue et vers le groupe. Elle est déjà orientée vers Mary, lorsque celle-ci prend la parole, et elle continue à regarder pendant qu’elle parle. Mais, lorsqu’elle-même répond à nouveau, en chevauchement sur la fin du tour de Mary, elle se tourne vers la psychologue, pour proposer d’autres éléments de réponse.

Extrait 2. Faire la paire

L’extrait 2 arrive plus loin dans le tour de table, toujours pendant que Maha a la parole. Elle a expliqué qu’elle a un problème avec ses enfants qui se salissent dès qu’ils jouent. La psychologue enchaîne avec quelques énoncés à propos des enfants. Puis une autre participante intervient.

A la fin de la prise de parole de la psychologue, Maha acquiesce. Après un long silence (ligne 6), Maïssa prend la parole, en introduisant sa parole comme une suite de ce que vient de dire Maha. Elle surenchérit sur ce que Maha a expliqué concernant le fait que les enfants qui viennent de prendre leur bain ressortent dans la rue pour jouer et se resalissent immédiatement  (une analyse détaillée de l’extrait est proposée dans Traverso à paraître).  Dans son tour de parole, Maïssa décrit les espaces “ici” (au Liban), ligne 7, dans un tour qui reste inachevé, et auquel Maha s’affilie (oui c’est vrai, ligne 9). Puis elle poursuit (11-16), en opposant les appartements “ici” et ceux dont elle avait l’habitude. Dans cette partie du tour :

elle parle des “grandes maisons”, qu’elle connaissait en Iraq, puis elle poursuit (ligne 15) en suggérant qu’il en était peut-être de même en Syrie. Avec ce tour, elle effectue des catégorisations – elle-même comme (réfugiée) iraquienne, et Maha vers qui elle fait un geste de la main, comme (réfugiée) syrienne –, et elle suggère un partage d’expérience (avoir vécu dans une grande maison qu’on a perdue). Cette proposition obtient l’assentiment, non seulement de Maha, mais aussi d’une autre femme réfugiée syrienne du groupe (ligne 18). A partir de ce qui est établi dans cet échange, Maïssa peut ensuite poursuivre, ligne 19, en disant “nous nos maisons elles étaient…”. Dans cet échange, Maïssa “fait la paire” par rapport à ses paires (les autres réfugiées), venant en soutien de Maha qui peine dans ses réponses sur l’hygiène.

Références bibliographiques

Kerbrat-Orecchioni, C., Plantin, C. (eds) (1995). Le trilogue. Lyon : PUL.

Traverso V. (à paraître 2020). Raconter dans un collectif. Que font les personnes avec leurs “récits d’avant” dans des séances de soutien psychosocial. Langage et Société.

UNHCR (2013), Santé mentale & Soutien psychosocial. Directives opérationnelles pour la programmation des opérations auprès des réfugiés, https://www.unhcr.org/fr/protection/health/52fccfc79/sante-mentale-soutien-psychosocial-directives-

Citer ce billet : Véronique Traverso « “Faire la tiers”, “faire la paire” dans l’interaction (2) : analyse d’extraits », publié sur Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 18 mai 2020  [En ligne] , https://tiasamn.hypotheses.org/229.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search