Premières notes sur l’utilisation de Google Translate dans les consultations médicales

Vanessa Piccoli (ICAR/ENS de Lyon)

Je mène actuellement une recherche sur le recours aux outils numériques dans les consultations médicales avec patients migrants. Notamment, je m’intéresse au rôle que ces ressources jouent dans l’accomplissement de l’intercompréhension. 

Pour cela, je me base sur un corpus vidéo-enregistré de 21 interactions entre un médecin généraliste et un ou plusieurs demandeurs d’asile. La plupart des patients sont peu compétents en français. Dans certains cas, un membre de la famille ou un proche fait l’interprète ; dans d’autres cas, les interactions se déroulent en anglais ou dans d’autres langues connues par les soignants. Souvent la communication progresse grâce à du « débrouillage » : les participants font des gestes, mélangent plusieurs langues et, dans certains cas, utilisent l’ordinateur du soignant. En revanche, jamais dans ces données les participants ne recourent à un smartphone.

Google Translate est utilisé par un seul des 4 médecins que nous avons filmés, dans 3 interactions sur les 5 enregistrées. C’est toujours le soignant qui lance l’initiative d’utiliser l’ordinateur, dans un moment où la communication est difficile. Une fois que le logiciel a été mobilisé une première fois, les patients aussi prennent l’initiative de s’en servir à d’autres moments de la consultation. Ainsi, quand ils rencontrent une difficulté d’expression, ils demandent de l’utiliser – verbalement ou dans certains cas de manière incarnée, juste en s’orientant vers l’écran. En ce sens, Google translate se transforme en une ressource disponible pour tout le reste de l’interaction (même si la fenêtre n’est plus affichée sur l’écran).

Dans la plupart des cas, le recours à Google Translate facilite l’intercompréhension, mais il ne fonctionne pas tout seul. Après avoir lu la traduction sur l’écran, le soignant peut par exemple demander confirmation de sa compréhension en faisant des gestes et, en réponse, le patient peut montrer une partie de son corps. Ou encore, le soignant peut recourir à une recherche sur Google Images pour préciser ce qui est resté flou dans la traduction.

Dans certains cas, le recours à Google Translate ne marche pas. Voici un exemple : Une jeune femme albanaise, qui fait l’interprète pour son frère, cherche à expliquer au médecin que ce dernier a eu un polype. Elle utilise pour cela l’expression idiomatique albanaise « mish te huaj », « chair étrangère ». La traduction proposée par Google étant littérale, elle provoque une réaction de perplexité chez le médecin et de la frustration chez la jeune femme. 

Dans cette phase initiale d’observation, une question en particulier me taraude : pourquoi ce généraliste préfère utiliser les services de Google plutôt que d’autres ressources numériques développées spécifiquement pour la communication médicale avec les migrants – alors que la recherche a montré que ces dernières sont plus adaptées et  plus efficaces (Panayiotou et al. 2019) ? Je pense notamment à TraducMed, accessible en ligne gratuitement depuis 2005, ou au plus récent Refugeye, les deux développés en France. Est-ce qu’il s’agit d’un manque d’information sur l’existence de ces outils ou tout simplement recourir à Google est plus rassurant, plus immédiat ? 

Références

Panayiotou A, Gardner A, Williams S, Zucchi E, Mascitti-Meuter M, Goh AM, You E, Chong TW, Logiudice D, Lin X, Haralambous B, Batchelor F (2019), Language Translation Apps in Health Care Settings: Expert Opinion JMIR Mhealth Uhealth 7(4):e11316

Citer ce billet : Vanessa Piccoli, « Premières notes sur l’utilisation de Google Translate dans les consultations médicales », in Projet TIASAMN (carnet de recherche sur Hypotheses.org) le 20 avril 2020  [En ligne]https://tiasamn.hypotheses.org/214.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search